La clito-techno Womanizer, mon 7e ciel à moi !

Savez-vous qu’en Espagne, des paléontologues ont découvert des phallus en bois incrustés de dessins érotiques et remontant à plusieurs dizaines de milliers d’années ? D’après eux, ces outils étaient très probablement dédiés à des jeux sexuels ! Eh oui ! L’ancêtre de notre bon vieux godemichet se repose innocemment de ses frasques d’antan dans des grottes du paléolithique. Entre-temps, confort, sédentarisation et technologie obligent, on a quelque peu progressé dans le domaine de la masturbation. Le sextoy Womanizer a bouleversé l’univers érotique de la jouissance féminine. Imaginez, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, des ondes de pression d’air enveloppant délicatement les 8 000 terminaisons nerveuses du clitoris et l’imprégnant de pulsations jusqu’aux racines ? De quoi frémir de désir sans même avoir ouvert le coffret qui recèle ce petit joyau du plaisir féminin. Une seconde ! Avant d’atteindre le 7e ciel, Celles qui osent vous révèle le parcours polisson de ce stimulateur clitoridien Womanizer qui nous rend toutes folles !

(Cet article ne contient aucun lien affilié)

L’ère de la sexualité décomplexée : petit détour par le Paléolithique

Au paléolithique, cela fait déjà des millions d’années que les apparats de l’ovulation sont internes au corps de la femme, et non plus externes. Par conséquent, à cette époque, l’acte sexuel est déjà indépendant des périodes de rut et donc distinct de l’unique fait de reproduction. C’est une première révolution sexuelle qui ouvre la recherche d’un plaisir partagé. Des ébats dessinés sur différents supports, pierre, plaque ou bois, ont été retrouvés dans des grottes, et datés entre 14 et 18 000 ans avant Jésus-Christ. Sexe oral, masturbation et pratique de différentes postures y sont tout naturellement reproduits. Dans l’art rupestre d’Homo sapiens, il semble que jouissance, fantasme, érotisme et/ou plaisirs solitaires ont libre place et libre cours.

 

Masturbation masculine
Paléolithique – L’art de la masturbation – Représentation d’une gravure espagnole de – 18 000 ans – Crédits : Marco Gracia Diez depuis France-culture.fr

Sextoy Womanizer, pourquoi on en est toutes folles ?

Parce qu’en 2016, un clitoris en 3D a tout changé !

Entre le godemichet paléolithique et l’irrésistible sextoy Womanizer à air pulsé, que s’est-il donc passé ? Eh bien, au risque de vous décevoir, pendant bien longtemps, il ne s’est pas passé grand-chose. Gap total ! Principalement axés sur le plaisir vaginal, les jouets sexuels se sont succédé dans des versions phallocentrées plus ou moins élaborées. On a eu droit à tout ! Du canard à la tête de rabbit, le vibromasseur restait bloqué sur un phallus étalon proche de son ancêtre. Seules avancées, le silicone, l’aspect customisé « rigolo-mignon » et les pulsations. On n’imaginait pas mieux faire ! La machine à cunnilingus n’avait pas encore vu le jour ! Seule Simone Beauvoir, en 1949, aborde le sujet de la sexualité féminine et ose parler de spasme clitoridien dans son ouvrage, Le deuxième sexe.

Il faudra attendre l’année 2016 pour qu’Odile Fillod marque l’histoire de la sexualité avec sa révélation, sans tabou, d’un clitoris holistique en 3D ! Il ressort des travaux de cette chercheuse, obstinée et indépendante, que la partie interne de l’appareil clitoridien représente 98 % de sa masse totale, et que le fonctionnement global de celui-ci montre des similitudes avec le pénis masculin. Et toc ! Tout comme lui, il dispose d’un gland, d’un frein et d’un corps caverneux et, tout comme lui, il se gorge de sang pour atteindre l’érection. De là à imaginer des sextoys de succion ou d’aspiration clitoridiennes adaptés à la physiologie féminine, il n’y a qu’un rêve ! Et c’est justement celui de M. Lenke, chercheur allemand, qui se désole que seulement un tiers des femmes s’envoient en l’air lors d’une pénétration vaginale. Sa quête de sens ? Prétendre aux 100 % d’orgasmes par stimulation clitoridienne sextoyisée ! Rien que ça !

 

Clitoris 3D
Clitoris en 3D à partir des recherches de la scientifique Odile Fillod – Crédits Slate.fr

 

Parce que la grande aventure du sextoy Womanizer a commencé !

Encore fallait-il y croire et s’y coller ! Fort de sa machine à lutter contre le rhume des foins et de son système d’alerte aux tremblements de terre, cet ingénieur allemand surfe désormais sur la vague grossissante de la sexualité féminine, en vogue depuis quelques années. Dès lors, il concentre son intérêt sur la pompe à aquarium à air pulsé et le principe aspirant et sans contact du mouche bébé. Son coup de génie ? Rendre à César ce qui appartient à César ! Sublimer l’organe le plus oublié de la sexualité, le clitoris, dans toute sa dimension sensitive et érectile ! Dans les méninges de M. Lenke, le principe de la pompe à érection pour homme pourrait bien s’appliquer à un modèle d’aspirateur à clitoris. Nous approchons du cunnilingus sur mesure et de la devise de Maïa Mazaurette :

« La sexualité ne doit pas être pensée comme une affaire d’orifices, de trou à combler. »

« J’ai passé en revue toutes les possibilités techniques et j’ai rapidement pensé : « la pression atmosphérique pourrait probablement fonctionner » », raconte M. Lenke, en janvier 2020, au site américain d’actualité web et high-tech CNET, (extrait du Figaro Madame)

C’est sans grand entrain et sans grande conviction que Brigitte, son épouse, subit les assauts maladroits d’un objet encore plus petit qu’une souris d’ordinateur, muni d’un embout creux et flexible comme un tube de cheminée. Patiemment et inlassablement, elle se soumet aux caprices technologiques du prototype, aux tests infructueux et autres défaillances de ce sextoy en devenir, jusqu’au jour où :

« Chéri ! Ce sera un succès mondial ! »

Autrement dit : « Chéri ! Ton sextoy Womanizer, elles en seront toutes folles ! »

Lire l’article du test du nouveau Womanizer Premium 2 sur le mag Senkys : Avis et Test du Womanizer Premium 2 : le must des sextoys sans contact ?

Parce que la technique Pleasure Air a tout révolutionné !

Avec sa technique Pleasure Air, le Womanizer émet des ondes de pression absolument magiques, enveloppantes et pénétrantes qui agissent par vagues successives selon un rythme ininterrompu. Ces douces pulsations stimulent instantanément et simultanément cet organe aux 8 000 terminaisons nerveuses, véritable détonateur du plaisir féminin. Mais pas que ! Les ondes s’invitent aussi dans les profondeurs de la chair, jusqu’aux reacines internes du clitoris, le tout sans contact, donc sans échauffement ni inconfort. Le sextoy Womanizer, pourquoi on l’adore ? Parce que ses vibrations se propagent avec la plus extrême douceur, jusqu’à une zone inviolable de l’intimité féminine, là où personne ne peut aller ! De ce fait, ce jouet érotico-sexuel révolutionne le plaisir féminin et ouvre l’ère de la jouissance revisitée et personnalisée. Avec lui, l’orgasme des femmes s’émancipe et le phallus peut devenir subsidiaire.

Selon Lily Allen, devenue égérie de la marque, ce sextoy fait grimper au rideau dans 98 % des cas, en moins d’une minute et plusieurs fois d’affilée.

En clair, il peut être le compagnon de route intemporel des femmes de tout âge et le fantasmatique Don Juan de leur jardin secret, à toute heure et presque en tout lieu !

 

gamme womanizer
La Gamme Womanizer (issue du kit média 2021 Womanizer).

 

Les 10 secrets de sa réussite ?

  • Il est creux et non plus phallique.
  • Il est doux, non intrusif et voluptueux.
  • Il enveloppe le clitoris à 360° sans l’écraser.
  • Il offre jusqu’à 12 niveaux d’intensité pour une stimulation crescendo et un accord parfait.
  • Il est tout petit et peut s’inviter partout en toute discrétion.
  • Il s’adapte à toutes les anatomies.
  • Il convient à tous les âges.
  • Il est 100 % étanche.
  • Il est particulièrement jouissif, performant et réconfortant.
  • Il est écolo (de l’amidon de maïs à la place du silicone, entre autres).

Vous avez dit 98 % d’orgasmes avec le Womanizer ? Témoignages

« Un client est venu acheter un Womanizer un jour, puis un deuxième le lendemain. On imaginait un cadeau pour sa maîtresse mais non, il nous a avoué qu’il ne supporterait pas qu’un sextoy aussi efficace sur sa femme tombe en panne. », Patrick Pruvot du Passage du Désir.

« Mieux vaut tard que jamais ! Il m’aura fallu un mariage, un divorce et une sexologue pour parvenir enfin à atteindre l’orgasme à l’âge de la retraite […] Ce n’est pas avec mon partenaire que j’ai joui pour la première fois, mais avec mon sextoy. », Monique, 74 ans, extrait de France-culture.fr, émission Les Pieds sur Terre.

« On sort complètement du prisme masculin, voire même de la sexualité hétérosexuelle. », Flore Cherry, journaliste et auteure du livre Guide de survie sexuelle des parents, Le Figaro Madame.

« Cela rassure aussi les hommes, car ils ne se sentent pas en concurrence directe avec un pénis artificiel, l’intérêt est davantage recentré sur le clitoris plutôt que la pénétration. », Virginie Girod, docteure en histoire des sexualités, Le Figaro Madame.

« Ce truc, c’est Jésus-Christ sur un biscuit ! », commentaire Amazon.fr

Womanizer Premium Éco
Sextoy Womanizer Premium Éco pièces interchangeables et recyclables

 

À lire aussi : Sexualité des seniors, moins bien ou plus mieux ?

Stimulateurs clitoridiens et sextoys : symboles d’émancipation et d’éducation sexuelle inclusive

Indépendamment de l’orgasme, les sextoys participent à la découverte du corps et des zones de plaisir. Ils ouvrent un espace de liberté où la honte s’efface au profit de l’initiative et de l’expérimentation. Dans une société où l’interdit, les tabous et les stéréotypes sur la masturbation sont encore très présents, le sextoy devient un symbole d’émancipation et d’indépendance. Face à une éducation sexuelle déficiente, voire inexistante, et une jeunesse en prise directe avec le porno, la masturbation assistée offre une alternative enrichissante. Elle aide à vaincre 3 fléaux stigmatisants, l’ignorance, la honte et la peur, et répond à un besoin d’éducation sexuelle inclusive où chacun reste libre de tester ses envies et ses choix.

En 2021, on ne peut plus nier que le sexe intéresse les jeunes filles et les femmes de tout âge. La covid-19 a déverrouillé la sexualité, et plus particulièrement la sexualité féminine. Longtemps stigmatisé, le clitoris, dont la seule partie mentionnée dans la littérature grand public et éducative était le gland extérieur, prend toute son amplitude. Entre le documentaire FemalePleasure, le compte Instagram Jouissance Club ou des associations comme Clitorismoi, la jouissance des femmes devient publique, et le fossé entre le vide sexuel ou le style Pornhub se comble.

 

À lire aussi : Adolescents et sexualité, quelles pratiques ?

Oser le plaisir durable et la masturbation écolo

Bon à savoir ! Avec les mêmes spécificités techniques que son grand frère premium, le Womanizer premium éco passe au vert et devient biodégradable. Désormais, le jouet érotique est majoritairement produit en biolène (amidon de maïs) et se pare des atouts écologiques suivants :

  • sans phtalate ;
  • sans revêtement siliconé ;
  • batterie rechargeable ;
  • pièces démontables, renouvelables et recyclables ;
  • port USB avec câble de rechargement 50 % plus court.

Depuis le 22 avril 2021, la marque agit contre la déforestation par le biais d’une campagne de crowfunding. Ce petit bijou de l’érotisme n’en finit pas de surprendre et gagne tous ses défis. Défi technologique par massage, aspiration et succion simultanés du clitoris, défi écologique par association du bien-être corporel et de la préservation de la planète ! Alors, je vous le dis, n’hésitez plus ! Osez le plaisir durable et la masturbation écolo ! Vous tergiversez encore ? À coup sûr, ce qui suit va vous intéresser !

Sextoy Womanizer Premium Éco - Site Womanizer
Sextoy Womanizer Photo site officiel Womanizer

Masturbation, la panacée du bien-être et de la santé

Le saviez-vous ? 85 % des femmes ont recours à la masturbation, mais seulement 45 % d’entre elles osent en parler. Pourtant, les scientifiques reconnaissent un grand nombre de vertus à cette pratique sexuelle. Selon une étude menée par l’université de l’Indiana (USA) et une équipe de chercheurs du Centre d’épidémiologie du cancer de Melbourne (Australie), ses principaux bienfaits sont les suivants :

  • production d’hormones associées au plaisir et au bien-être telles les endorphines, la dopamine ou la sérotonine ;
  • libération de neuro-hormones dans le cerveau favorisant sommeil et endormissement ;
  • diminution de la pression sanguine et artérielle ;
  • annulation du sentiment de contrôle et de peur (grossesse, complexes, MST, par exemple) ;
  • apprentissage du lâcher-prise ;
  • multiplication d’orgasmes ;
  • exploration et découverte des zones érogènes ;
  • satisfaction de la libido (disette amoureuse ou célibat) ;
  • épanouissement de la vie sexuelle.

En clair, la masturbation, c’est bon pour la santé et pour le moral. D’ailleurs, certaines stars osent clamer publiquement qu’elles en sont littéralement accros. C’est notamment le cas de Rihanna, Miley Cyrus, Pink, Teri Hatcher, Ophélie Winter, etc. Toutes ont l’audace d’assumer et de revendiquer une pratique fervente de la stimulation clitoridienne. Elles n’ont de cesse de recommander le Womanizer et de clamer le droit au plaisir ! Fini la honte, la peur d’être vicieuse ou dépravée et vive les sextoys !

Du côté des hommes, 87 % d’entre eux reconnaissent avoir recours à la masturbation. L’acte les protège de tensions aiguës liées au manque ou à l’insatisfaction. Il favorise fantasmes, imaginaire et expérience. Il régule les érections intempestives et adoucit l’humeur.

À noter que 3 orgasmes hebdomadaires réduisent de 50 % les risques cardio-vasculaires, tous sexes confondus ! Alors pourquoi se priver d’un jouet sexuel ?

 

Le sextoy dans le couple
Sextoy Womanizer duo et relation amoureuse – Crédit Peaches

Église et médecine, les commandements anti plaisirs solitaires

Selon le magazine Psychologies.com, au printemps 2019, une étude des textes sacrés réalisée par un prêtre espagnol fait surface. Elle conclut à la non-immoralité de la masturbation. Aussitôt, l’Église se positionne et déclare la masturbation « mauvaise » (n° 2 396). S’ensuivent une interdiction de cette pratique aux catholiques et une énumération de ses méfaits des plus archaïque ! Seule exception à cette inquisition sexuelle, les hommes ! Eux seuls peuvent bénéficier d’une dérogation tacite en cas de pulsions irrésistibles. Parce que nous, les femmes, nous n’en avons pas ! Idem du point de vue de la médecine où les avis restent très contradictoires. À titre d’exemple, deux propos divergents, puisés sur medecine-et-sante.fr :

« Le nouveau rapport Hite montre que, pour les femmes, la masturbation est le meilleur moyen d’atteindre l’orgasme, et elle en concernerait 85 %. La pénétration par l’homme, elle, ne marche qu’une fois sur trois. »

« Dans l’immense majorité des cas, la masturbation est normale et sans danger, sans qu’elle soit recommandable, car elle reste un plaisir solitaire et narcissique, piètre et triste substitut à une relation amoureuse sincère. »

Peu importe ! Les faits sont là ! Qu’on le veuille ou non, la vente des sextoys monte en puissance. Avec 98 % d’orgasmes assurés contre 33 % par pénétration vaginale, le sextoy Womanizer fait voler en éclat une disparité sexuelle trop longtemps ancrée sur la domination du phallus. L’idée que relation amoureuse épanouie et masturbation puissent cohabiter est en vogue, et plus rien ne pourra arrêter son cheminement. Pour preuve, les ventes du stimulateur clitoridien le plus populaire ont été multipliées par 3 au niveau mondial et par 2 en France. Ce petit joujou est devenu le sexe symbole d’une révolution des mœurs sans précédent. Son empreinte s’affirme dans les grands sujets de société, tels que l’éducation, la santé, le bien-être, la condition des femmes et bien plus encore.

⏩ À lire aussi :  On a testé le porno féminin et 7 romans incontournables de la littérature érotique française

📩 Vous voulez encore plus de lecture ? Abonnez-vous à notre newsletter !

Etsie Tessari pour Celles qui osent

 

Sources :

https://www.letemps.ch/societe/revolution-plaisir-feminin-cest-aujourdhui-se-deploie

https://www.lepoint.fr/sante/10-raisons-pour-lesquelles-vous-avez-raison-de-vous-masturber-21-01-2015-1898419_40.php

https://www.franceculture.fr/histoire/le-plaisir-une-quete-prehistorique

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/trouver-lorgasme-0

https://www.letemps.ch/societe/inegalites-sexuelles-cette-annee-femmes-commencent-se-masturber-14-aout

http://www.slate.fr/societe/sexe-en-liberte/odile-fillod-chercheuse-modele-clitoris-impression-3d

https://www.passagedudesir.fr/sextoy-clitoridien/3185-womanizer-premium-eco.html

https://www.terrafemina.com/article/womanizer-quel-est-ce-sex-toy-qui-fait-jouir-les-femmes-en-moins-d-une-minute_a292669/1

https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/womanizer-histoire-du-sextoy-qui-revolutionne-le-plaisir-feminin-clitoris-311220-194296

Celles qui osent instagram
À ne pas rater !
Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter !

 

☕️ Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque semaine !

Adresse e-mail non valide
En validant votre inscription à notre newsletter, vous acceptez que Celles qui osent mémorise et utilise votre adresse email dans le but de vous envoyer chaque semaine notre lettre d’information. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide du lien de désinscription ou en nous contactant via le formulaire de contact.
2 Comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter… 💌

👉  Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque mois !

Merci pour votre abonnement !