Et si certaines méthodes contraceptives naturelles étaient dignes de confiance ? 

Après avoir fortement diminué avec la légalisation de la pilule en 1967, la contraception naturelle connait un regain d’intérêt depuis 2013 et la crise des pilules de 3e et 4e générations. Certaines femmes se tournent vers cette solution parce qu’elle s’inscrit dans une tendance écolo. D’autres refusent la prise d’hormones de synthèse ou souhaitent reprendre possession de leur corps. Néanmoins, beaucoup de couples perçoivent toujours ces outils comme moyenâgeux et trop risqués. Les méthodes contraceptives naturelles sont de fait encore souvent considérées comme obsolètes et inefficaces par certains médias, voire une partie des professionnels de santé. Pour vous aider à mieux comprendre la contraception naturelle, Celles qui osent vous présente ici ces techniques, définies par l’Organisation mondiale de la santé comme toute méthode permettant à la femme d’identifier ses jours fertiles afin d’éviter une grossesse. Et si certaines étaient plus fiables que vous ne l’imaginez ? Suivez-nous, et prenez le risque d’être surprise !

Les méthodes contraceptives naturelles basées sur l’observation d’un seul indice : des techniques parfois osées

La méthode du calendrier, une contraception naturelle risquée

Dans la deuxième moitié du 20e siècle, elle a été à l’origine de la naissance de nombreux bébés Ogino, du nom de l’un des précurseurs de cette technique. La méthode du calendrier du 21e siècle se base toujours sur le fait que la femme n’ovule qu’une fois par cycle et sur :

  • la longévité de l’ovule après ovulation (24 heures) ;
  • la durée de vie des spermatozoïdes dans les organes génitaux féminins (jusqu’à 5 jours).

Il vous faudra noter au préalable la longueur de vos cycles pendant 12 mois. Vous pourrez ensuite déterminer votre fenêtre de fertilité en effectuant un savant calcul : retirer 18 jours à la durée de votre cycle le plus long et 11 jours à sa durée minimale. C’est un pronostic qui peut s’avérer très risqué, notamment si les cycles ne sont pas réguliers.

La courbe thermique comme indicateur de fertilité

Basée sur la corrélation entre ovulation et augmentation de quelques dixièmes de degrés de la température basale, la méthode des températures nécessite le respect de nombreuses règles :

  • Le relevé est réalisé quotidiennement à heure identique, avant le lever, en position allongée.
  • La mesure a lieu à jeun, avec un thermomètre inchangé et au même endroit (rectal, buccal ou vaginal).
  • Il est nécessaire d’avoir dormi un minimum de 5 heures (si vous travaillez de nuit, prenez votre température après votre période de repos).
  • Excluez les relevés effectués après un événement pouvant fausser les résultats, tels que maladies ou soirées trop arrosées.

Les observations sont reportées sur un graphique. Il faudra s’abstenir de tout rapport non protégé du début des règles jusqu’à 3 jours pleins après le jour de hausse de la température.

Lien vers des formations en écriture digitale

Les découvertes contraceptives du Dr Billings

La méthode de l’ovulation Billings est la première à avoir lié libération de l’ovocyte et transformation de la glaire cervicale. Cette dernière varie en quantité, en texture, voire en couleur, entre chaque menstruation, afin de faciliter ou bloquer le passage des spermatozoïdes. D’abord absente, elle s’épaissit avant de devenir pâteuse. Au moment de l’ovulation, elle est glissante et étirable, comme du blanc d’œuf cru. La sensation à la vulve évolue donc également : sèche, mouillée, glissante.

changements de la glaire cervicale au cours du cycle menstruel
Évolution de la glaire cervicale, indice de fertilité – Source : Gaëlle Baldassari, Kiffe ton cycle, Larousse, 2019.

 

Dans le protocole originel élaboré par le Dr Billings et son épouse, la femme ne touche pas ses sécrétions, mais se focalise sur son ressenti à la vulve, qu’elle va consigner quotidiennement dans un tableau. Le couple devra s’abstenir de tout rapport à partir des premiers signes de présence de glaire jusqu’au 3e jour après l’apparition de la sensation de sécheresse. Il ne s’agit donc plus d’établir des pronostics, mais bien d’observer le réel. Des applications, payantes, sont dorénavant disponibles sur Internet pour aider à interpréter les résultats.

Le modèle Creighton du Fertility Care System

Mis au point en 1977 par l’université américaine de Creighton, le modèle du même nom ajoute au ressenti préconisé par le protocole Billings un prélèvement de glaire cervicale à la vulve. Le couple note la texture et la couleur observées quotidiennement dans un tableau. C’est un système standardisé, utilisable tout au long de la vie. Néanmoins, le protocole exige un minimum de 4 passages aux toilettes par jour pour évaluer vos sécrétions, ainsi qu’une vraie rigueur concernant les relevés.

💪🏻 Lancez-vous le défi de ressentir votre ovulation : c’est un challenge qui vaut le coup !

La symptothermie, une contraception naturelle multicritère très sûre

La symptothermie apparaît au début des années 1960, avec le premier protocole d’autopalpation du col de l’utérus du gynécologue new-yorkais Keefe. En effet, cet organe évolue au cours du cycle menstruel. Sa position, sa consistance et son ouverture se modifient afin de permettre aux spermatozoïdes d’entrer pour féconder l’ovocyte en période fertile. En 1965, l’Autrichien Josef Rötzer montre que les indicateurs de fertilité sont intimement liés.

Cette méthode exige de noter quotidiennement, pendant plusieurs mois, l’évolution d’au moins 2 indicateurs sur un cyclogramme à 2, voire 3 entrées (température basale, pertes cervicales, position et texture du col de l’utérus). Certains spécialistes de la symptothermie recommandent aussi de prendre en considération les changements émotionnels, liés aux modifications hormonales féminines.

Plusieurs protocoles symptothermiques sont accessibles en France (d’autres sont également consultables en anglais sur Internet) :

  • le protocole du CLER ;
  • le protocole du SENSIPLAN, initialement proposé en Belgique ;
  • le protocole de la Fondation SymptoTherm ;
  • le protocole Rötzer originel ;
  • le protocole Seréna.
exemple de courbe de symptothermie
Exemple de cyclogramme en symptothermie – Source : Audrey Guillemaud et Alice Wietzel, Hachette Pratique, Cycle féminin et Contraceptions Naturelles. 2e édition, mars 2021.

 

Chacun propose une interprétation et une méthode de calcul de votre fenêtre de fertilité, croisant les indicateurs entre eux. Quelle que soit la technique retenue, elle inclut une notion fondamentale de prudence.

La symptothermie permet de vous relier à votre cycle, en pleine conscience. Elle est supposée être très sûre y compris pour les règles irrégulières et les femmes en périménopause. Néanmoins, elle est exigeante et contraignante : régularité des prises de température, de l’auto-observation, longue période d’apprentissage (6 à 12 mois d’observation sont conseillés avant de se lancer), implication et écoute du partenaire masculin. Des applications et des logiciels proposés à la vente vous aideront à interpréter données et courbes.

Une contraception impliquant votre partenaire vous tente ? Pensez à lire notre article sur la contraception masculine.

La Méthode de l’allaitement maternel et de l’aménorrhée (MAMA), une contraception très efficace

Si vous venez d’accoucher et que vous allaitez votre nouveau-né, cette méthode peut vous intéresser. En effet, l’allaitement provoque une sécrétion de prolactine, qui peut bloquer les hormones responsables de l’ovulation dans un cadre très précis :

  • aménorrhée totale ;
  • allaitement exclusif, jour et nuit, avec au moins 6 tétées par période de 24 heures ;
  • intervalle entre deux tétées inférieur à 4 heures le jour et à 6 heures la nuit ;
  • moins de 6 mois depuis la naissance.

Attention, la diminution des tétées va de facto augmenter le risque d’ovulation, qui peut avoir lieu avant le retour de règles !

💡Le sujet de la maternité vous intéresse ? Consultez notre article sur la naissance à domicile.

Oui, certaines méthodes contraceptives naturelles sont plus fiables que la pilule !

Peu coûteuse, saine, la contraception naturelle est-elle pour autant fiable ? L’OMS considère une méthode contraceptive comme très efficace si son indice de Pearl est inférieur à 1. Selon certains articles, la contraception naturelle ne serait fiable qu’à 80 % (soit un indice de Pearl de 20). Tout dépend néanmoins des moyens contraceptifs intégrés dans l’analyse, certaines études classant toutes les techniques dites naturelles dans une même catégorie. Celles qui osent vous propose ici un tableau détaillé, montrant l’hétérogénéité des taux d’efficacité des méthodes contraceptives naturelles.

L'efficacité des méthodes contraceptives naturelles mesurées par l'indice de Pearl
Efficacité des méthodes contraceptives – Source : OMS, Family Planning – A global handbook for providers – 2018.

 

Dans la pratique, quand elle est bien appliquée, la symptothermie apparaît donc plus fiable qu’une contraception hormonale de type pilule. Elle sera d’autant plus efficace que vous adopterez un comportement sexuel adapté et conscient, à savoir sans pénétration pendant les périodes fertiles. Or, il s’agit aussi d’un moment dans votre cycle où votre libido est intense et où votre lucidité est impactée par vos hormones. Ce peut être l’occasion d’innover en matière de relations sexuelles.

📖 Osez la lecture de Cycle féminin et contraceptions naturelles d’Audrey Guillemaud et Alice Wetzel.

Alors, la contraception naturelle, est-ce pour vous ? Oui, si vous êtes prête à vous former, à observer votre corps au quotidien. Si vous voulez vous lancer dans une voie anticonformiste et exigeante, y compris en matière de sexualité. C’est aussi une excellente manière de vous délester un peu de la charge sexuelle, cette charge mentale liée à la contraception, encore principalement portée par la femme. Mais avant tout, choisissez cette méthode contraceptive si elle vous correspond, comme le souligne Alix, sage-femme :

« Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix de contraception, pas de bonne ou de mauvaise méthode. Il y a celle que vous aurez choisie, avec votre professionnel de santé, en toute connaissance de cause. Et c’est cette contraception choisie, comprise et adaptée qui sera la bonne. »

Ayez l’audace de questionner vos professionnels de santé, sans tabous. Toute contraception a ses avantages et ses inconvénients. Il s’agit de trouver le bon compromis pour vous, pour votre couple, dans une période précise. Et non de suivre une quelconque mode.

⏩ Vous avez aimé cet article ? Suivez Celles qui Osent et abonnez-vous à notre newsletter culottée !

Christel GRATALOUP-FARGEAS pour Celles qui Osent.
Article rédigé lors du cursus de formation en rédaction web chez FRW.

Sources :

👉 Thèse en médecine de Pauline Millet sur les méthodes de contraception naturelle. 
👉 Haute autorité de santé : la contraception du post partum.
👉 Entretien avec Alix, sage-femme diplômée de la faculté de médecine Pierre et Marie Curie.
👉 Organisation mondiale de la santé : efficacité des méthodes contraceptives.
👉 Institut national d’études démographiques : les principales méthodes contraceptives en France.
👉 Institute for reproductive health : la planification familiale naturelle .
👉 Pour aller plus loin (en anglais) : Organisation mondiale de la santé : la planification familiale.

Celles qui osent instagram
À ne pas rater !
Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter !

 

☕️ Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque semaine !

Adresse e-mail non valide
En validant votre inscription à notre newsletter, vous acceptez que Celles qui osent mémorise et utilise votre adresse email dans le but de vous envoyer chaque semaine notre lettre d’information. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide du lien de désinscription ou en nous contactant via le formulaire de contact.
2 Comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter… 💌

👉  Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque semaine !

Merci pour votre abonnement !