Biographie de Louise Aubery | Une jeune femme engagée

Plus connue sous le nom de MyBetterSelf sur les réseaux sociaux, Louise Aubery fait de plus en plus parler d’elle ces dernières années. Engagée pour la cause féminine et la mode responsable, à seulement 23 ans, elle est étudiante et à la tête de deux entreprises. Elle inspire beaucoup d’entre nous et est devenue une référence dans le mouvement du Body Positive. Celles qui osent vous fait découvrir la biographie de Louise Aubery, une jeune femme engagée et pleine d’ambition.

Biographie de Louise Aubery

Louise Aubery est une jeune femme ambitieuse, née le 2 juillet 1997 et originaire de Paris. Elle s’est fait remarquer sous le pseudonyme de MyBetterSelf sur les réseaux sociaux en 2015, et connaît aujourd’hui un grand succès.

Depuis toute petite, elle aime lire, écrire et s’exprimer, c’est donc tout naturellement qu’elle décide de se diriger vers des études pour devenir journaliste. Déjà pleine d’ambition, pour atteindre son but, son premier grand rêve est d’intégrer Sciences Po à Paris. Une université très sélective, mais pour elle, c’était une évidence. Louise n’a pas hésité à réviser le concours d’entrée en même temps que son baccalauréat, et son travail a payé puisqu’elle a été admise à la rentrée suivante.

Durant son cursus, elle a eu l’opportunité de partir 6 mois à UC Berkeley en Californie. Très motivée par cette expérience et pensant que ça allait lui ouvrir des portes, elle a finalement été assez déçue. Elle ne s’est pas sentie alignée avec eux par rapport à sa vision des choses.

Grâce à sa présence sur le Web, à cette même période, elle a donné vie à plusieurs projets. L’agence d’influence du groupe Auféminin, a d’ailleurs rapidement remarqué son potentiel, et l’accompagne désormais au quotidien.

À 23 ans, elle se retrouve à la tête de deux entreprises, en parallèle de ses études. L’une dans le domaine de la création de contenu sur les réseaux, et l’autre dans le secteur de la lingerie éthique et inclusive.

louise-aubery-celles-qui-osent-com

De Sciences Po aux réseaux sociaux

Faire ses études à Sciences Po était un de ses plus grands rêves, et elle l’a réalisé. Mais elle s’est vite rendu compte qu’il lui manquait quelque chose. Les autres étudiants n’étaient pas vraiment dans le même état d’esprit, et ne partageaient pas les mêmes centres d’intérêt.

Dès le début de son cursus, elle décide de se mettre au fitness et s’intéresse également beaucoup à la nutrition. Ressentant le besoin de partager sur ces sujets avec des personnes ayant ces passions, Louise Aubery se crée un compte Instagram, qu’elle nomme MyBetterSelf. Sans avoir pour objectif de devenir une influenceuse, mais simplement dans le but d’échanger. Ses premiers posts sont publiés en anglais, car elle se reconnaît plus dans les discours des pays anglo-saxons. Selon elle, en France, l’état d’esprit est plus punitif sur la culture du corps, à cause des nombreuses injonctions.

Finalement, de plus en plus de Françaises s’abonnent à son profil lorsqu’elle commence à prendre la parole sur l’acceptation de soi, pour contredire ce que la société nous laisse penser. À ce moment-là, personne n’aborde encore le mouvement du Body Positive ou du Body Neutrality. C’est l’une des premières à avoir osé en parler. Son message a fait écho chez de nombreuses personnes, et son compte a gagné de nouveaux abonnés très rapidement.

En se lançant sur les réseaux sociaux pour le plaisir, elle n’imaginait pas l’envergure que cela prendrait.

Louise Aubery, une jeune femme engagée

En quelques années, sa communauté a explosé. Elle compte maintenant environ 480 000 abonnés sur Instagram et plus de 220 000 sur YouTube. Ces membres sont principalement des femmes bienveillantes et ouvertes d’esprit.

Depuis ses débuts sur les réseaux sociaux, son contenu a bien évolué. Désormais elle échange sur l’entreprenariat, le féminisme, la mode responsable ou encore l’environnement, via divers canaux de communication. Elle partage simplement ce qu’elle aime en apportant un maximum de valeur aux lecteurs.

L’un de ses objectifs étant d’aider les femmes à décomplexer et à s’aimer telles qu’elles sont, elle a lancé le hashtag #onveutduvrai, en collaboration avec Julie Bourges (de son pseudonyme DouzeFevrier). On y retrouve des photos qui représentent réellement la gent féminine, et qui nous font nous sentir bien !

En 2018, elle crée aussi son podcast In Power, où elle interview des personnes passionnées et inspirantes. Issues d’univers différents, elles viennent partager leur parcours et leur expérience. Puis en 2019, elle a donné naissance à GirlzinBiz, une communauté pour accompagner les femmes à prendre confiance en elles, et à donner vie à leurs plus belles idées.

Les nouveaux projets la stimulent, c’est un besoin pour elle. Elle ne veut pas se plier à une seule boîte. Mais pour cela, elle a tout de même été obligée de faire une année de césure, pour se concentrer sur toutes ses activités, et prendre une pause dans ses études.

Fondatrice d’une marque de lingerie éthique et inclusive

La mode n’a jamais été une passion pour elle, et elle ne s’imaginait pas en faire un de ses business un jour. Petite, ses parents lui imposaient un style vestimentaire qui ne lui convenait pas. Aujourd’hui elle s’est bien affirmée et s’engage au quotidien pour que chacune d’entre nous s’accepte et s’habille comme elle le souhaite.

En 2021, Louise Aubery a fondé sa marque de lingerie éthique et inclusive : Je ne sais quoi. Pourquoi ce nom ? Car toutes les femmes ont « ce je ne sais quoi » qui les rend uniques. Mais il est difficile de trouver de la lingerie écoresponsable, confortable et jolie. Les enseignes communiquent très peu sur ces valeurs, et mettent principalement en avant des mannequins très minces.

Pour cette entrepreneure en devenir, il est important de représenter toutes les femmes, et de répondre réellement à leurs besoins. Elles n’ont pas à souffrir et à se sentir mal à l’aise lorsqu’elles portent un soutien-gorge. Et il n’est pas normal que certaines ne trouvent pas leur taille en magasin. Afin de satisfaire au mieux les attentes de chacune, fin 2019, elle a mené des enquêtes, par le biais de sondages assez complets. Puis, en collaboration avec une styliste freelance, elle a testé de multiples prototypes. Environ un an plus tard, ses premiers modèles sont sortis. Ce fut le début d’un succès.

Louise Aubery est devenue une référence dans l’engagement et l’entreprenariat féminin. Elle ne va pas s’arrêter là et a encore plein d’idées qui fusent dans son esprit. Si vous voulez suivre son évolution, vous pouvez la retrouver sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme MyBetterSelf.

Et pour en savoir plus sur le mouvement du Body Positive, les interviews de Gaëlle Prudencio et de Rose Leroy complètent parfaitement cet article.

Camille Bordes, pour Celles qui Osent

tipeee-celles-qui-osent

Articles similaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.