Sélection de 5 livres à mettre sous le sapin en 2022 !

Tic Tac. C’est bientôt l’heure de déposer des paquets sous le traditionnel sapin. Que vous soyez adepte des fêtes de fin d’année ou pas, acheter des livres pour faire plaisir aux lectrices.teurs de votre famille demeure une bonne option. Voici donc notre top 5 des livres à offrir pour Noël 2022. Cette sélection éclectique d’ouvrages, tous écrits par des femmes, vous offre des pistes à suivre pour satisfaire vos proches trentenaires, adeptes de philo, féministes ou artistes engagées. Belle découverte à vous !

1. Le roman à offrir aux trentenaires pour Noël

Ce roman a marqué l’automne littéraire. Dans son dernier livre Où es-tu monde admirable ?, la célèbre romancière dublinoise Sally Rooney questionne les rêves que sa génération peut encore se permettre : comment peut-on prétendre au bonheur quand le monde s’assombrit et que l’inégalité, l’injustice et la violence ne cessent de grandir ? Doit-on cultiver son propre jardin ou faire la révolution ? L’autrice de Conversations entre amis et de Normal People, adaptée en série par Netflix, raconte les aspirations professionnelles et amoureuses de deux amies trentenaires : Eileen et Alice. Alice, romancière à succès, s’est réfugiée dans un village d’Irlande pour fuir la célébrité littéraire qu’elle décrit comme « une maladie sociale », tandis qu’Eileen poursuit un idéal traditionnel inatteignable aux vues de ses amours malheureux. Les deux amies trompent leurs solitudes en s’écrivant de longs mails.

« Ma chère Eileen (…) tu dois savoir que nos échanges me permettent de me raccrocher à la vie, d’y être attentive, et préservent ainsi quelque chose de ma presque inutile, voire totalement inutile, existence sur cette planète en dégénérescence accélérée… »

annonce sortie livre Patiente de Violaine Berlinguet

Cette mise en forme quasi épistolaire permet aussi à Sally Rooney de décrire des scènes révélatrices du vide ou de la superficialité de nos comportements sociaux. Cependant, au fur et à mesure des pages, les deux jeunes femmes développent aussi leurs points de vue sur l’économie, la beauté, l’histoire, les relations amoureuses, la famille ou l’argent.

L’autrice, dotée d’un don pour dépeindre l’épaisseur des relations humaines, signe un roman contemporain doux-amer, mettant en lumière les angoisses existentielles de notre époque.

Lien vers des formations en écriture digitale

2. La super idée cadeau : la BD philo de Catherine Meurisse

Depuis plus de 5 ans, Philosophie Magazine publie chaque mois deux pages de bandes dessinées de la talentueuse illustratrice, dessinatrice de presse et autrice de bande dessinée Catherine Meurisse. Celle qui a été élue à l’Académie des beaux-arts en 2020 sait décortiquer les concepts de philo complexes et les vulgariser en image.

Humaine, trop humaine est une compilation de ses meilleures planches en un roman graphique drôle et poétique. Ses bandes dessinées racontent avec humour les pensées d’une quarantaine de philosophes : Descartes, Voltaire, Deleuze, Pascal, Frege, Diderot, Socrate, Montaigne, Sigmund Freud, Simone de Beauvoir… Dans chaque épisode, la dessinatrice met en scène un intellectuel de renom. Elle y cultive de subtils anachronismes afin de mieux inscrire leurs concepts dans l’actualité.

« Mon premier réflexe a été de créer un personnage féminin, dont la silhouette est semblable à celle figurant dans La Légèreté et La Jeune femme et la Mer, autrement dit mon avatar. Une façon de m’impliquer personnellement dans les histoires et de regarder les grands penseurs — majoritairement masculins — par une lunette féminine et féministe. »

Cet ouvrage est l’occasion pour Catherine Meurisse de rappeler que l’histoire de la philosophie, comme celle des arts, a été écrite au masculin.

« Comme partout, les femmes ont été invisibilisées. Pourtant, elles sont nombreuses, depuis l’Antiquité, à élaborer une pensée, la plupart du temps fracassante de modernité. Le patriarcat occidental a posé sa grosse semelle dessus et étouffé le tout. »

3. Le meilleur livre à offrir aux engagé.es : Fuck le patriarcat

Dans son dernier livre « Fuck le patriarcat », l’Égyptienne Mona Eltahawy, figure iconoclaste du féminisme arabe, fait entendre les voix des femmes issues des 4 coins du monde. À travers les histoires de militantes célèbres (Bell Hooks, June Jordan…) et celles de femmes ordinaires du monde entier, la militante développe les sept péchés vitaux dont les femmes doivent s’armer afin de désobéir et d’anéantir le patriarcat : la colère, l’attention, l’obscénité, l’ambition, le pouvoir, la violence et la luxure. Elle emploie le mot « pêchés », mais ce n’en sont évidemment pas. Ils représentent ce que les femmes ne sont pas censées être, faire ou vouloir.

« J’ai écrit ce livre comme j’aurais tiré un missile. Avec rage. Je m’y suis mise encore auréolée d’une certaine gloire, celle d’avoir collé une trempe à un homme qui m’avait agressé sexuellement. »

L’autrice du livre Foulards et hymens, pourquoi le Moyen-Orient doit faire sa révolution sexuelle, dans lequel elle raconte son agression sexuelle lors d’un pèlerinage en 1982 pour soutenir Sabica Khan, invite toutes les femmes à avoir l’audace de dire « Fuck au patriarcat. »

Las de donner aux femmes des moyens de survivre, Mona Eltahawy leur donne à travers ce livre des outils pour se défendre.Dès son introduction, elle appelle à l’action :

« Que votre cœur soit trop rebelle, pour la graine du patriarcat ! Et votre esprit trop libre pour celle du fascisme ! »

Elle refuse qu’une fille soit forcément vouée aux carcans de la « gentillesse » et de la « politesse ».Ce livre-manifeste provocateur et non conformiste rappelle que le patriarcat étant universel, le féminisme doit l’être tout autant. « Notre féminisme doit être ferme, agressif et sans remords. »

⚡️ Vous aimez les femmes qui se rebellent ? Découvrez 3 portraits d’audacieuses contestataires : Oriana Fallaci, Susan Sontag et Arundhati Roy

4. L’archiviste : une émouvante histoire à déposer sous le sapin

Le troisième roman d’Alexandra Koszelyk est né dans l’urgence de réagir à l’envahissement de l’Ukraine par l’armée russe. À travers l’histoire d’une femme, K, elle souligne toute l’absurdité de ce conflit, grâce à un scénario habile.

L’histoire se déroule en Ukraine, ville bombardée et assiégée. K est archiviste. Le jour, elle veille sur sa mère mourante et infirme. La nuit, elle veille sur des œuvres d’art, dans les sous-sols de la bibliothèque qu’elle dirige. Un soir, elle reçoit la visite de celui qu’elle va baptiser « l’Homme au chapeau ». Il représente l’envahisseur ( l’autrice ne nomme jamais les Russes pour que son roman conserve une dimension universelle.) Il lui demande d’aider les vainqueurs à détruire ce qu’il reste de son pays : ses tableaux, ses poèmes et ses chansons, et lui impose une tâche monstrueuse : falsifier les œuvres sur lesquelles elle doit veiller. La domination passe par ces gestes d’effacement culturel… Dans un premier temps, K refuse, mais l’homme menace de tuer sa mère et sa sœur jumelle Mila, partie combattre aux côtés des siens. Sa première tâche imposée consiste à modifier le manuscrit de l’hymne national ukrainien.

« Il ne s’agit pas de tout changer, vous l’aurez compris, mais seulement certaines parties, détourner quelques vers, mettre un mot à la place d’un autre, gommer un personnage sur un tableau, remplacer un chef d’État sur une photographie, détourner un objet folklorique de son usage premier. Vous voyez bien, ce n’est pas grand-chose ! Il ne s’agit même pas de destruction, mais de réorganisation, voire de création ! “

K va alors tout tenter pour préserver les trésors littéraires et artistiques nationaux et ainsi sauvegarder la mémoire de la culture ukrainienne.

Alexandra Koszelyk propose un livre-hommage à l’Ukraine et porteur d’espoir d’un peuple qui survit, toujours, malgré la barbarie. « N’apprend-on donc rien des leçons de la guerre ? (…) Jusqu’où l’écho d’un appel aux armes devrait-il aller ? Quel degré d’horreur devait-on atteindre pour qu’ils réagissent ? ».

5. Notre ouvrage coup de cœur : Les femmes artistes sont de plus en plus dangereuses

« La vie des femmes est un éternel recommencement. Chaque jour elles doivent prouver la légitimité de leur existence à part entière avec l’autre sexe. Chaque matin, elles doivent être à la fois mères, amantes, travailleuses en assumant la charge mentale que nécessite ce détriplement de personnalité. Chaque jour des hommes disent aux femmes : ‘Ça va mieux aujourd’hui qu’avant, non ? Alors de quoi vous plaignez-vous ?’. Les hommes ont raison, mais partiellement, car, s’il est indéniable que les droits et les acquis des femmes ont fait un bond vertigineux depuis plus d’un siècle en Occident, il n’en reste pas moins que la lutte pour l’égalité femme/homme n’est pas un chemin pavé de roses où les droits les plus fondamentaux sont sanctuarisés et acquis pour toujours. »

Dans ce beau livre-images, suite du best-seller Les femmes artistes sont dangereuses, Laure Adler réhabilite des femmes artistes du 19e, 20e siècle et met en lumière des jeunes femmes porteuses d’espoir et de promesses pour les nouvelles générations : Hilma af Klint, Vanessa Bell, Kay Sage, Lygia Pape, Anne Imhof, Rebecca Horn, Megan Rooney, Kubra Khademi…

Ces parcours incroyables rappellent que ces artistes ont dû faire preuve d’une détermination sans faille pour continuer à créer malgré les épreuves. Elles n’ont pas mobilisé leurs énergies pour se faire connaître, mais plutôt pour persévérer dans leurs arts. Pour elle, malheureusement, la lutte des femmes semble être un éternel recommencement. Cette révolte s’est ravivée avec le mouvement #Metoo, mais les droits les plus fondamentaux, comme celui d’avorter, ont été terriblement remis en cause, comme aux États-Unis par exemple. Certes, aujourd’hui, quand on naît de sexe féminin, l’art ne nous ait désormais plus interdit, mais l’histoire nous a montré que cela n’a pas toujours été le cas, et que malgré tout, la domination masculine continue à s’exercer sur le marché de l’art. Laure Adler nous rappelle qu’à notoriété égale, une femme artiste… vaut moins qu’un homme ! Le chemin de l’égalité, dans tous les domaines, semble encore long…

👩🏼‍🎨 Pour les amoureux.ses de l’art, plongez-vous dans le portrait d’Iris Clert, la marchande d’art de l’avant-garde qui aimait créer l’événement.

📖 Vous aimez la lecture ? Découvrez la sélection des coups de cœur littéraires à offrir pour les fêtes de fin d’année 2021 ou notre top 10 des parutions d’avril 2022 qui mettent les femmes à l’honneur !

N’hésitez pas à liker et commenter notre article, notre podzine ou notre podcast pour nous soutenir. Vous pouvez aussi vous abonner à notre newsletter Celles qui Osent !

Violaine Berlinguet.

Sources :

Où es-tu, monde admirable ? — Sally Rooney – Babelio

Bandes dessinées — Humaine, trop humaine — DARGAUD

Fuck le patriarcat ! Les 7 péchés pour prendre le pouvoir — broché — Mona Eltahawy, JANINE BISIAUX – Achat Livre ou ebook.

Celles qui osent instagram
2 Comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter… 💌

👉  Et recevez nos épisodes de podcast et nouveaux articles chaque mois !

Merci pour votre abonnement !