La littérature fait son retour | Les 3 meilleures parutions à ne pas manquer pour la rentrée !

Amoureuses des livres, vous l’attendiez : la rentrée. Non, pas la vôtre. Seulement celle de la sphère littéraire. Parmi les 490 parutions désormais disponibles en librairie, nous nous sommes contraintes à n’en retenir que trois. Voici les 3 meilleures parutions de la rentrée littéraire 2022, sélectionnées par Celles qui Osent, à ne surtout pas manquer pour cette rentrée !

Notre coup de cœur de la rentrée littéraire 2022 : Par-delà l’attente de Julia Minkowski

Il est minuit passé, les jurés rejoignent la salle des délibérations.

« Pour celle-ci le bagne, pour celle-là l’échafaud ! Tels avaient été les derniers mots du réquisitoire du procureur. »

Dans son premier roman intitulé Par-delà l’attente, l’avocate Julia Minkowski explore un sordide fait divers des années 30 : l’affaire des Sœurs Papin. Le récit se déroule au cours de l’attente du délibéré des jurés de cet incroyable procès, ayant lieu au Mans, le 29 septembre 1933. Deux bonnes, Christine et Léa Papin, sont accusées du double meurtre de leur patronne, Léonie Lancelin et sa fille Geneviève. En effet, le 2 février 1933, dans des circonstances assez floues, les sœurs tuent sauvagement les deux femmes. Elles sont poignardées, rouées de coups, martelées. Pire, leurs yeux ont été… arrachés. Évidemment, l’affaire fait grand bruit, scindant en deux l’opinion publique : ceux qui réclament la mort des deux accusés et ceux qui y voient un symptôme de la lutte des classes, comme une vengeance contre l’humiliation.

Fait notable pour l’époque : la défenseur des accusées est une femme, la première avocate inscrite au Barreau du Mans. Elle s’appelle Maître Germaine Brière et prononce ce soir-là les derniers mots de sa plaidoirie :

Lien vers des formations en écriture digitale

« Nous n’implorons pas la pitié pour ces jeunes filles. Pas une seule fois je n’ai fait appel à vos cœurs. Aujourd’hui, il ne s’agit pas de pitié, mais de justice. »

Les faits sont clairs, les aveux obtenus, mais il y a néanmoins matière à s’interroger : meurtres conscients ou coup de folie ?

« Tous avaient peur. Non pas des sœurs Papin, bien au froid dans leurs étroites cellules de la prison des femmes, mais de leurs propres domestiques. Cette affaire avait révélé aux nantis que leur pire ennemi logeait dans leur demeure. »

Durant les quarante minutes de délibération, Maître Brière raconte les circonstances des meurtres, les mutilations constatées, les différents points de l’enquête, mais se remémore aussi les combats de sa vie. Bientôt, elle sera l’avocate qui a sauvé les domestiques assassines ou celle qui a échoué face à une justice d’hommes et de notables.

À travers l’histoire d’un fait divers fascinant, l’auteure Julia Minkowski brosse surtout le portrait de sa consœur, Germaine Brière, et la condition féminine de l’époque. Car Germaine a par exemple dû fournir un certificat de virginité pour prouver sa bonne moralité et pouvoir être inscrite au Barreau.

Pionnière dans la féminisation de la Justice, elle a choisi une profession où « être femme était déjà en soi une transgression ».

Le crime des sœurs Papin a inspiré de nombreux poètes, romanciers, psychanalystes, cinéastes et chercheurs, mais Maître Germaine Brière, héroïne, libre et révoltée, elle, est tombée peu à peu dans l’oubli. L’histoire de la première avocate de la Sarthe (et première en France à avoir accompagné son client jusqu’au pied de l’échafaud) est ainsi, à travers cet ouvrage, réhabilitée par l’auteure.

📖 Pour découvrir d’autres destins exceptionnels, lisez notre Top 10 des parutions mettant en lumière des femmes opiniâtres, déterminées et téméraires.

Aborder la rentrée sous l’angle de la sexualité avec L’inconduite d’Emma Becker

« Qu’on me laisse parler de la façon dont la fréquentation des hommes m’a longtemps changée en servante, en muse et en geisha, de la façon dont ma volonté de les comprendre m’ampute de ma capacité à vivre lorsqu’ils sont là et qu’ils me regardent, j’emmagasine alors les impressions de vie pour les écrire et sentir quelque chose. »

Le livre L’Inconduite d’Emma Becker, propose une réflexion sur ce qu’il advient du couple après l’expérience de la maternité. L’auteure, mariée et mère de deux enfants s’interroge : peut-on rester femme en devenant mère ? Peut-on rester soi dans le désir des hommes ? Et si le bonheur c’était « se distraire de la monogamie par le plaisir » ?

Suite logique à son livre La Maison, une audacieuse autofiction de ses 3 années « heureuse » dans les maisons clause de Berlin, le 4livre d’Emma Becker est un roman érotique abordant avec une décapante lucidité le fantasme amoureux.

Ce n’est pas un roman sur la maternité. (dans ce livre, il est très peu question de son bébé Isidore.)

« Ce que je voudrais que mon fils comprenne, c’est que j’ai essayé de me distraire de la place immense qu’il prenait en moi en y fourrant tout un tas de mecs qui me faisaient me sentir vivante. (…) Ceci n’est pas un livre pour lui. Pourtant il s’y trouve à chaque page — dans l’envie que j’ai de partir de la maison, dans le choix que je fais d’y revenir. ».

Emma Becker parle de la nécessaire survie du désir quand on devient mère et de l’importance du plaisir mais aussi de l’humour dans le quotidien du couple hétérosexuel. Spécialiste de « l’écriture de soi », elle ose aborder, de façon crue et réaliste, la sexualité au sein de son couple, de ses relations extra-conjugales, et la place du plaisir dans sa vie de mère.

« Cette grande joie sombre du désir qui rapproche les hommes et les femmes, ça me passionne, ça me réjouit, ça m’émeut au plus profond de moi-même. C’est ce désir pulsion de vie que j’aime et que j’ai envie de raconter dans mes livres ». Emma Becker

Dans L’inconduite, la narratrice se sent oppressée et prisonnière dans son nouveau rôle de mère. Alors, elle décide de vivre pour elle et de ne pas tout donner à son enfant. Être mère à 100 % de son temps n’est pas une obligation absolue…Elle refuse alors d’abandonner la partie la plus vivante, colorée de sa vie, celle qui la fait pétiller : les hommes, le regard des hommes sur elle, le désir qu’elle éprouve pour eux et son besoin d’être désirée. Alors elle fuit parfois le domicile, en s’écartant « du droit chemin ». Aux yeux de la société, cette femme est une « inconduite » ; elle ne se comporte pas comme une mère et une femme « convenable ».

Elle n’hésite pas à échafauder des scénarios érotiques avec ses amants, pour pimenter sa vie routinière et ennuyeuse. Quelquefois, cela ne se passe pas comme elle le souhaiterait ; la réalité s’avère décevante, trompeuse, parfois dangereuse.

« Ils ne peuvent pas être à la hauteur, explique-t-elle. On ne peut pas s’attendre à ce que les gens atteignent la proportion qu’on leur donne. […] Forcément, la réalité nous fait revenir à la banalité de la vie, et à sa médiocrité. »

Sans filtre, sans tabou, Emma Becker parvient à décrire la condition féminine, et d’une certaine façon la maternité, à travers le prisme de la sexualité.

📖 Si vous aimez que la littérature parle de sexe, découvrez notre résumé de l’incontournable classique de la littérature Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir

Le meilleur thriller de la rentrée : GPS de Lucie Rico

Ariane, jeune journaliste au chômage, spécialiste des faits divers, un brin déprimée et complètement agoraphobe, reste cloîtrée chez elle. Un jour, sa meilleure amie Sandrine lui annonce qu’elle va se marier avec l’homme qu’elle a rencontré sur internet, John, et lui propose d’être son témoin. Les deux amies se sont rencontrées à l’âge de seize ans et sont très proches « Tu considères Sandrine comme une extension de toi. » Alors, Ariane accepte.

« C’est comme si Sandrine t’avait tendu un piège. Un piège malsain : Tu es attendue à 19 h pour mes fiançailles, Zone Belle-Fenestre. Arrive bien à l’heure. »

L’orientation n’est pas le fort d’Ariane, alors pour s’assurer qu’elle trouve l’endroit des festivités, Sandrine lui partage sa localisation. Parvenue dans le parc des réjouissances, Ariane passe finalement une bonne soirée.

Mais le lendemain de la fête, son amie ne répond plus au téléphone. Elle a disparu ; pourtant, le point GPS, lui, continue d’avancer. Ariane, absorbée par ce « point -corps » virtuel de Sandrine, la suit, jusqu’à la découverte d’un cadavre calciné au bord d’un lac. « Un promeneur découvre un corps brûlé à l’est de la commune du Derme, au bord du lac du Der, le pied gauche intact. »

Est-ce le cadavre de Sandrine ? Si c’est le cas, pourquoi son point GPS continue de se déplacer ? Ariane enquête. « L’histoire de Sandrine n’est pas terminée tant que son point bouge dans le GPS. Tu ne pourrais pas dire que ton amie te manque puisqu’elle est toujours là. » Comme si le fantôme de Sandrine parvenait à communiquer avec elle, ce « point rouge » la conduit sur les lieux de leur amitié. Leur amitié ne se déroule plus que sur un mode fictionnel, mais Ariane, incapable de faire son deuil, se persuade que son amie n’est pas morte !

« Parfois, tu imagines tellement fort que tu ne sais plus différencier la réalité de tes fictions. Tu divagues dans ta tête. Tu divagues dans l’espace. »

Mais la police confirme que le corps calciné est bien celui de son amie. S’efforçant de reprendre le cours de sa vie, Ariane désactive la localisation partagée jusqu’à la réception d’une nouvelle notification : Sandrine semble à nouveau partager sa localisation avec elle…

Le deuxième roman de Lucie Rico est un thriller haletant et atypique sur l’amitié et la mort, les fragilités psychiques et les addictions numériques. Ce road trip virtuel ultra contemporain jongle avec toute la panoplie d’applications numériques (Google Maps, Street View, Timelapse) et se joue de notre désorientation spatio-temporelle.

L’auteure du célèbre roman Le chant du poulet sous vide confie :

« J’avais envie de m’interroger sur le fait d’être accro à son téléphone. Quel nouveau voyeurisme est-ce que cela crée ? Il y avait un enjeu littéraire dans cette novlangue du téléphone portable, de Google Maps et du partage de localisation, que j’avais vraiment envie d’explorer avec un livre » (interview RTS)

📖 Et vous, quel est votre coup de cœur de cette rentrée littéraire ?

(en aparté, je vous avoue que nous avons aussi adoré Comment font les gens, d’Olivia de Lamberterie, Hors-la-loi d’Anna North, Les vertueux de Yasmina Khadra, Tenir sa langue, de Polina Panassenko, et La vie clandestine de Monica Sabolo.)

Bonne lecture à toutes et tous ! ☕️

Pour les retardataires, voici notre sélection littéraire de l’été 2022, un florilège ensoleillé de 5 romans à dévorer.

❤️ N’hésitez pas à liker et commenter notre article, notre podzine ou notre podcast pour nous soutenir. Vous pouvez aussi vous abonner à notre newsletter Celles qui Osent !

Violaine Berlinguet, Celles qui Osent

 

Sources :

Par-delà l’attente (Grand format — Broché 2022), de | JC Lattès

Livre : Par-delà l’attente, Julia Minkowski, JC Lattès, Littérature française, 9782709669429 — Leslibraires.fr

L’Inconduite | Éditions Albin Michel

Editions P.O.L — GPS — Lucie Rico

Celles qui osent instagram
À ne pas rater !
Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter !

 

☕️ Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque semaine !

Adresse e-mail non valide
En validant votre inscription à notre newsletter, vous acceptez que Celles qui osent mémorise et utilise votre adresse email dans le but de vous envoyer chaque semaine notre lettre d’information. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide du lien de désinscription ou en nous contactant via le formulaire de contact.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter… 💌

👉  Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque semaine !

Merci pour votre abonnement !