Hoshi, chanteuse | L’artiste qui sait ce qu’elle veut

Qui ne connaît pas la chanteuse Hoshi ? De son vrai nom Mathilde Gerner, ses titres sont incontournables depuis quelques années déjà. Tout le monde a déjà entendu ses singles Un charme fou ou encore Amour censure… Tout le monde a déjà apprécié la voix magnifiquement éraillée de cette femme tout droit sortie d’un manga. Mais savez-vous vraiment qui est Hoshi, cette chanteuse si déterminée ?

La musique : une passion depuis l’enfance

La découverte de la musique

Mathilde Gerner vient au monde le 14 septembre 1996 à Versailles. C’est quelques années plus tard qu’elle découvre la musique chez ses grands-parents. Elle a 6 ans, et demande à son grand-père de lui passer un disque de Jacques Brel, qu’elle écoute en boucle. Captivée par les textes du Belge, elle décide d’apprendre le piano. Sa passion est née. Malgré des problèmes d’oreilles et quelques opérations, elle continue son apprentissage avec détermination pendant des années.

La révélation

Timide et introvertie, c’est à 14 ans qu’elle s’exprime pour la première fois sur scène, et de façon assez hasardeuse. Un chanteur, censé se produire devant son collège, ne peut assurer son show. Celle qui n’est pas encore Hoshi improvise alors. Elle interprètera Zombie des Cranberries devant tout le monde. Ce concert est une vraie réussite pour la musicienne.

La volonté et l’envie d’écrire ses textes se décuplent clairement. Elle s’y met alors, et apprend à jouer de la guitare dans le même temps. Par manque de confiance en elle, elle ne chantera pas ses chansons immédiatement, mais se lancera quelques mois plus tard par l’intermédiaire de vidéos sur le Web.

De Mathilde Gerner à Hoshi, chanteuse

TransyStory, un test grandeur nature

Après quelques vidéos prometteuses de ses chansons, la future étoile au chignon arrive au lycée. Elle intègre un groupe amateur, TransyStory. Elle en devient la chanteuse principale. La bande propose de nombreuses reprises, mais va très rapidement être un test grandeur nature pour les textes de l’artiste. TransyStory se sépare en fin d’année 2012, mais l’adolescente se lance en solo. Passionnée de culture nippone, elle choisit comme nom de scène Hoshi et donne alors naissance à ce personnage de chanteuse déterminée tout droit sorti d’un manga.

Les débuts de la chanteuse Hoshi

La suite de l’étoile (traduction d’Hoshi en japonais) est plutôt tranquille. La jeune artiste continue à publier de nombreuses reprises sur Internet. Elle a 16 ans lorsqu’elle est repérée par le directeur de casting de l’émission The Voice. Elle réussit les auditions, mais ne poursuit pas l’aventure. En effet, elle tient à son univers, et refuse avec fermeté qu’on lui impose une chanson (le bal perdu de Bourvil). Le manque de liberté d’interprétation de ce titre qu’elle adore ne l’intéresse pas. En conséquence, la jeune fille quitte l’aventure mais est déterminée et sait parfaitement ce qu’elle veut. Bourrée de caractère, Hoshi quitte le lycée, et se donne corps et âme à sa passion. La musicienne passe ses journées à chanter dans les rues, avec l’idée de faire le tour de l’Europe accompagnée de sa guitare.

De la rue à la scène

Avide de liberté artistique, Hoshi sait ce qu’elle veut et continue d’interpréter des reprises dans la rue. Mais ce qu’elle préfère, c’est expérimenter ses propres titres. Elle y observe la réaction du public (souvent très cru de la rue). Elle a 18 ans quand elle se présente à un autre télé-crochet, Rising star. Cette fois-ci, elle chante ce qu’elle veut, et à la manière dont elle le veut. Elle ne se qualifie pas, mais l’étoile commence à faire connaître sa voix légèrement cassée. Elle retourne chanter dans la rue en continuant à tester ses titres. Parallèlement, l’auteure-compositrice-interprète commence à se produire dans de petits concerts.

Une chanteuse déterminée dans la cour des grands

La montée du succès d’Hoshi

C’est à 20 ans et après beaucoup de persévérance (plus de mille mails envoyés) qu’elle est enfin contactée par une manageuse. Celle-ci la fait entrer dans le label Jo & Co, qui produit notamment des artistes comme Zaz, Claudio Capéo ou encore Élisa Tovati. L’aventure commence sérieusement et elle sort son premier single, Comment je vais faire, en 2017. Le morceau cartonne, et son clip est couronné de succès. Un mini-album éponyme est édité, avec des titres originaux, qui ne manquent pas de plaire à ses premiers fans. L’année suivante, c’est une espèce de consécration qui fait entrer l’artiste au chignon de geisha dans la cour des grands. Son premier album est dans les bacs, Il suffit d’y croire, et surtout, un titre que toutes les radios passent en boucle : Ta marinière.

La popularité et ses mauvais côtés

Hoshi la déterminée est aux anges. Le succès et surtout le fait de chanter pour les gens sont sa raison d’être. Seulement, elle goûte assez rapidement aux désagréments de la notoriété. Un article d’un tabloïd expose sa vie amoureuse en lui prêtant des propos qu’elle nie avoir tenus. Révélant son homosexualité, elle se sent forcée de faire son coming-out. Cela ne change rien à sa popularité : beaucoup l’adorent. Parmi d’autres péripéties, les propos violents d’un chroniqueur à propos du physique de la chanteuse (« vous mettez un poster de Hoshi dans votre chambre vous ? Elle est effrayante ! ») ont fait bondir la France entière. Très présente sur les réseaux sociaux, et malgré la douleur, l’intéressée répond avec humour. Elle obtient un soutien sans failles de dizaines d’artistes (Biolay, Polnareff, Obispo, et dernièrement Grand corps malade…). Pour finir, un poster de l’artiste est glissé dans chaque pochette de son dernier album : Étoile flippante. Joli pied de nez de la part de la chanteuse qui sait nettement ce qu’elle veut.

 

Hoshi, chanteuse, est une femme décidée. Elle sait ce qu’elle veut et ne veut pas faire. Et parmi ses désirs, c’est profiter de la musique le plus possible qui l’épanouit. Opérée à de nombreuses reprises à la suite d’otites à répétitions, on lui diagnostique en plus la maladie de Ménière. Acouphènes, diminution progressive de l’audition, vertiges et soucis d’oreille interne, voilà ce à quoi doit faire face l’étoile tous les jours. Le risque de surdité la terrifie, mais rien ne l’empêchera d’exercer sa passion pour la musique le plus longtemps possible. Une chanson est d’ailleurs écrite à ce sujet : Fais-moi signe.

Si vous aimez les femmes qui savent ce qu’elles veulent et qui ont soif de liberté, lisez cet article sur Maïmouna Doucouré !

Florian Soler, pour Celles qui Osent

tipeee-celles-qui-osent

Related Posts
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.