Biographie d’Agatha Christie : la lady du crime

Agatha Christie, l’écrivaine à succès la plus lue dans le monde après Shakespeare a, on peut l’affirmer, vécu une vie palpitante. Créatrice des personnages mythiques d’Hercule Poirot et Miss Marple, elle est encore aujourd’hui la lady du crime qui ne vend pas moins de 4 millions de livres chaque année. Quelle est son histoire ? Pourquoi un tel succès ? Découvrez la biographie d’Agatha Christie et les moments intrigants de sa vie.

Une enfance paisible bercée dans l’imaginaire

Agatha Mary Clarissa Miller est née le 15 septembre 1890 à Torquay dans le Devon en Angleterre. Son père Frederick Alvah Miller est américain et courtier. Sa mère Clarisse Margaret Boehmer est anglaise. Les deux sont cousins par alliance. Agatha est la petite dernière. Elle a une sœur Margaret Frary Miller et un frère Louis Montant Miller. Leur famille bourgeoise vit dans une belle maison coloniale. Agatha a une enfance très heureuse et saine bercée par les récits de sa mère, passionnée de contes et d’ésotérisme. Cette dernière provoque le goût de la lecture à sa fille.

Ces histoires l’incitent à découvrir le monde de l’imaginaire, et ce sans limite. Agatha est une petite fille assez solitaire et timide qui aime vagabonder dans ses pensées. Elle suit un enseignement rigoureux à la maison où elle apprend l’écriture et l’arithmétique. Son père et la gouvernante lui donnent les cours quotidiennement.

Agatha Christie, alors âgée de 11 ans, connaît le seul évènement tragique de son enfance : le décès de son père. Cette mort aura plus tard un impact fort sur sa façon d’écrire. Suite à cette épreuve, sa mère l’envoie poursuivre ses études au sein de maisons d’éducation à Paris. Elle étudie les arts lyriques et apprend à jouer du piano. Elle n’a qu’un rêve : devenir chanteuse. Malheureusement, la timidité d’Agatha aura raison de son désir. Lorsqu’elle monte sur scène pour la première fois, c’est un flop total : aucun mot ne sort. Elle finit ses études en 1906 et revient à Torquay.

Les débuts de la lady du crime

En 1910, Agatha passe quelques mois en Égypte avec sa mère. Malade, fiévreuse, elle doit rentrer en Angleterre afin de se soigner. Le temps libre devant elle, sa mère l’oblige à écrire des nouvelles. Agatha écrit, mais celles-ci ne connaissent pas le succès espéré et sont toutes refusées par les maisons d’édition. Sa sœur, elle aussi admiratrice des mots, lui lance le défi d’écrire son premier roman. Poussée par les lectures de Sherlock Holmes et d’Arsène Lupin, Agatha s’attèle de nouveau à l’écriture. Mais le succès n’est pas au rendez-vous.

En 1912, lors d’un bal mondain, elle fait la rencontre de l’homme qui deviendra son mari, Archibald Christie. Celui-ci est aviateur de l’armée britannique. Agatha et Archibald se marient un 25 décembre, juste avant qu’Archibald parte au front. Nous sommes en 1914, la Première Guerre mondiale commence. Agatha reste seule en Angleterre et décide, elle aussi, de s’investir dans le conflit. Elle s’engage donc comme infirmière à l’Hôpital de la Croix-Rouge à Torquay, puis devient assistante-chimiste et obtient son diplôme de pharmacienne en 1917. Durant ces différentes expériences, elle étudie les poisons et les drogues, ce qui lui permettra d’enrichir ses romans par la suite.

La même année, pendant ses moments de calme, Agatha Christie écrit son tout premier roman policier, La Mystérieuse Affaire de Styles. C’est la naissance d’Hercule Poirot. Agatha s’inspire de réfugiés belges qui occupent l’hôpital pour créer son personnage. Le roman ne sera publié qu’en 1920. C’est à cette période que le goût de l’écriture prend de plus en plus de place dans la vie de la romancière. Le 5 août 1919, Agatha donne naissance à une petite fille prénommée Rosalind. Ce sera son seul enfant.

Les évènements trépidants de la biographie d’Agatha Christie

La disparition

On peut dire que la vie d’Agatha Christie n’est pas de tout repos. La romancière connaît bien des aventures et mésaventures. En 1926, de terribles évènements surviennent : le décès de sa mère puis, quelques mois plus tard, la demande de divorce de son mari entretenant une liaison. Coup dur pour l’écrivaine qui, dans la nuit du 3 décembre 1926, disparaît ! Sa voiture est retrouvée le lendemain près de l’étang de Silent Pool. La police y trouve à l’intérieur des effets personnels : son manteau, son permis de conduire et son poudrier. Les recherches durent des jours entiers et plus le temps passe, plus les rumeurs vont bon train.

Plusieurs thèses font leur entrée en scène :  suicide, disparition programmée pour faire le buzz, mari meurtrier, etc. Dix jours plus tard, Agatha Christie est reconnue dans le Swan Hydropathic Hôtel, jolie station thermale d’Harrogate. Elle avait réservé son séjour sous le nom de la maîtresse de son mari « Mrs Teresa Neele ». Quand la police l’interroge, elle prétend ne pas savoir ce qui s’est passé. Elle ne reconnaît même pas son mari quand il vient la chercher. Agatha Christie n’est jamais revenue sur cet épisode de sa vie. La vérité reste une énigme.

L’aventure du Moyen-Orient

Deux ans après, en 1928, Agatha Christie et son mari Archibald divorcent. Une nouvelle vie commence pour la romancière. Son premier amour parti, c’est alors qu’elle décide d’entamer une croisière au Moyen-Orient en 1930. Sur place, elle fait la rencontre d’un archéologue dénommé Max Mallowan. Leur passion commune, l’archéologie, les lie d’une très forte amitié. Ils parcourent les sites de fouilles ensemble, une complicité sans failles se crée et ils finissent par se marier en 1930. Ils voyagent beaucoup entre la Syrie et l’Irak. Agatha Christie continue d’écrire et son inspiration est à son maximum.

Durant cette période, elle donne naissance à ses plus beaux chefs d’œuvres tels que Mort sur le Nil ou Le Crime de l’Orient Express. Mais nous sommes en 1939 et la Seconde Guerre mondiale frappe. Max s’engage dans la défense civile de Brixham et Agatha participe de nouveau au conflit en étant préparatrice en pharmacie. Malgré la période dévastatrice, la lady du crime continue d’écrire et publie certains de ses plus grands romans tels que L’Affaire Protheroe où apparaît pour la première fois le personnage de Miss Marple. La guerre terminée, Agatha Christie poursuit son écriture et se prend d’intérêt pour le théâtre. Elle y adapte donc ses romans et le succès est au rendez-vous. Une série télévisée est adaptée. En 1971, Agatha Christie est anoblie par le titre de Dame Commandeur de l’Empire britannique des mains d’Elizabeth II. Elle continue à écrire jusqu’à la fin en 1976 où elle décède dans sa maison près d’Oxford à l’âge de 85 ans.

Des succès littéraires qui ont marqué l’histoire du roman policier

Quelques chiffres

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Agatha Christie connaît encore aujourd’hui un succès inégalable. Elle a vendu près de 4 milliards de livres. Ses romans sont les plus traduits dans le monde dans plus de 103 langues. Ses histoires d’enquêtes policières et d’intrigues séduisent toujours autant les lecteurs et ont toujours un succès fou. Agatha Christie a écrit :

  • 67 romans ;
  • 190 nouvelles ;
  • 18 pièces de théâtre ;
  • des poèmes ;
  • 1 autobiographie

La romancière se fait surtout connaître avec ses deux personnages mythiques de roman policier. Le plus connu et le premier né : Hercule Poirot. Ce détective belge, facilement reconnaissable avec ses petites moustaches et chaussures vernies qui ne boit que du chocolat chaud. Hercule Poirot fera l’objet de 33 romans et 52 nouvelles. Vient ensuite Miss Marple, détective anglaise amatrice, vieille enquiquineuse qui sait tout sur tout, mais qui a l’œil très observateur. Cette héroïne fait l’objet de 12 romans et 20 nouvelles. Des personnages qui auront marqué l’histoire du polar.

agatha-christie-romanciere-polar-celles-qui-osent
Agatha Christie – © AFP / PLANET NEWS LTD

“Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups.”
Agatha Christie – Dix petits nègres

Les secrets du succès

Agatha Christie est considérée comme l’écrivaine du roman policier moderne. D’une part, elle propose des enquêtes où le lecteur est transporté totalement dans les méandres de l’histoire. Elle le plonge dans un univers rempli d’énigmes et d’indices où lui-même devient acteur jouant le rôle de l’inspecteur, à la découverte du meurtrier. Cette particularité donne à ses récits une intrigue incroyablement prenante. D’autre part, la romancière prend parti de jouer sur l’aspect psychologique des personnages. Elle s’appuie couramment sur le mobile du crime plutôt que sur les indices. Ce qui une fois encore accentue la notion de suspens puisque chaque personnage peut être le suspect.

 

Le style d’écriture d’Agatha Christie est reconnu dans le monde de la littérature policière. Elle révolutionne l’écriture du polar entre ses intrigues bien pensées, le contexte de ses histoires et les personnages tout aussi suspects les uns que les autres. La petite fille solitaire et timide qu’elle était a pu gagner une place de choix parmi les grands écrivains de romans policiers. Winston Churchill a dit un jour en parlant de la lady du crime « la seule femme pour qui le crime a payé ! ».  La littérature anglaise vous intéresse ? Découvrez également Virginia Woolf, romancière anglaise de la littérature moderniste ou Colette est l’une des figures marquantes de la littérature du XXe siècle.

Sylvie Courte, pour Celles qui Osent

tipeee-celles-qui-osent

Related Posts
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.