Virginie Delalande | Comment mener sa vie quand on est différente

« Je vous parle avec une voix… Cette voix qui peut-être vous dérange… C’est une voix que moi-même je ne connais pas, que je n’ai jamais entendue. » C’est Virginie Delalande, première avocate sourde de naissance en France, qui prononce cette phrase. En février 2019, elle est finaliste de l’émission Le Grand Oral présentée par Laurent Ruquier, sur France 2. Même si Virginie ne remporte pas ce concours d’éloquence, elle marque les esprits et connaît une nouvelle notoriété. Souvent sollicitée, elle fait de la question du handicap et de la société son combat. En novembre 2020, elle publie son livre : Abandonner ? Jamais !, dans lequel elle raconte son parcours inspirant et riche en expériences.  Celles qui osent a lu ce livre passionnant qui relate la vie de Virginie.

​Un long parcours avant de devenir la première avocate sourde de France

Alors que Virginie a neuf mois, les médecins annoncent à ses parents que leur petite fille est sourde profonde et qu’elle ne parlera jamais. En effet, le seul bruit qu’elle entend est celui d’un avion qui décolle. S’ensuivront 20 ans d’orthophonie, 3 fois par semaine, « un vrai travail de perroquet ». À 18 ans, Virginie apprendra même la langue des signes et elle saura lire sur les lèvres à 100 %.

À 8 ans, elle prend conscience de sa différence au contact des autres enfants et pendant longtemps, la scolarité de la petite fille n’est pas évidente. Au moment de choisir ses études supérieures, Virginie fait part de son désir de devenir avocate. Mais on lui dit que c’est impossible. Elle se lance alors un défi et choisit de suivre des études de droit.

« Comment mène-t-on sa vie quand on est différente, quand on a de l’ambition, mais aucun modèle de référence ? ».

C’est la question que pose Virginie dans son livre quand elle évoque ses études. La période universitaire est particulièrement compliquée à gérer pour elle. Les cours ne sont pas accessibles aux personnes sourdes et aucun professeur n’accepte de lui fournir les supports imprimés. Tout se passe à l’oral dans des amphithéâtres. Virginie n’a aucune possibilité de lire sur les lèvres de l’enseignant quand il est placé trop loin ou qu’il tourne le dos aux étudiants. Ambitieuse, débrouillarde, courageuse et même audacieuse, Virginie bénéficie de l’extraordinaire solidarité de ses camarades de promotion. Elle passe aussi beaucoup de temps à la bibliothèque universitaire pour combler ses lacunes par des lectures.

Elle réussit finalement à passer le barreau d’avocat. Mais, en 2008, complètement usée par ses luttes incessantes en vue de s’adapter constamment à son environnement, elle sombre dans une profonde dépression. Durant trois ans, grâce à la psychothérapie, Virginie remonte la pente et reprend progressivement confiance en elle.

​Handicap et société : le combat de Virginie Delalande

La vie professionnelle de Virginie Delalande est variée. Elle occupe différents postes dans une start-up, une entreprise multinationale, une organisation internationale, un cabinet d’avocat. C’est ainsi qu’elle exerce en tant que juriste, chef de projet ou encore chef de service. Mais elle reste confrontée au regard des autres face au handicap et à la société. Ses collègues ont du mal à saisir ses difficultés et à s’adapter. Virginie réalise que le monde du travail n’est pas prêt à accueillir les personnes concernées et que les offres des entreprises ne sont pas adaptées aux clients à besoins particuliers.

Dès lors, Virginie a pleinement conscience de la souffrance des personnes handicapées face à la société et au monde du travail, qui ne s’adaptent pas à toute une frange de la population. Travaillant alors dans une grande compagnie d’assurances, elle intègre le service marketing et elle saisit alors l’opportunité de mettre à profit son expérience. Sa mission est alors de rendre les produits et services de l’entreprise accessibles à tous, dans une démarche d’accessibilité universelle.

Le début de la médiatisation d’une personnalité sourde et battante

Un jour, par l’intermédiaire d’une connaissance commune, la journaliste Béatrice Schönberg la contacte. Elle souhaite monter un documentaire présentant quatre profils de sourds différents, avec la réalisatrice Lætitia Moreau. « L’éloquence des sourds » est diffusé pour la première fois en France le 10 juillet 2018 avant d’être sélectionné par plusieurs festivals du documentaire. C’est le début de la médiatisation.

En 2019, Virginie Delalande participe au Grand Oral, présenté par Laurent Ruquier sur France 2. Cette émission consiste à mettre en compétition douze candidats avec des profils très différents (âge, origines, professions…) dans un concours d’éloquence. Elle atteint la finale.
En juillet 2020, Forbes la sélectionne parmi les 40 femmes les plus inspirantes de l’année en France, et en novembre, Linkedin la nomme dans sa liste des Top Voices. Il s’agit des 25 contributeurs les plus en vue en 2020 sur ce réseau. Linkedin retient l’implication de Virginie Delalande, par ses publications, à vouloir changer le regard de la société sur le handicap, de façon positive.

Virginie Delalande : coach, conférencière et fondatrice du Handicapower

Le paradoxe est devenu une force : Virginie, sourde profonde, a fait de la parole le fondement de ses différentes activités. D’ailleurs, elle aime à dire d’elle-même qu’elle est une grande bavarde. Fondatrice du Handicapower elle partage régulièrement son expérience dans des TedX et des conférences. Elle commence souvent ainsi:  « Personne ne sait ce que nous réserve notre futur. Ni la direction qu’il peut prendre ». Selon elle, « on saute dans le vide. On fabrique notre parachute en plein vol et… ça passe ou ça casse ». Mais elle donne aussi trois clés principales aux auditeurs :

  • accepter pleinement sa différence ;
  • cultiver sa différence ;
  • cultiver le pouvoir de la gratitude.

Virginie propose de regarder la différence non pas comme un problème, mais comme une formidable opportunité d’apprendre, de faire autrement, d’ouvrir le choix des possibles. Améliorer la place des personnes handicapées est primordial. C’est pour cela que Virginie dispense, dans les entreprises directement, des formations et des conférences en démontant notamment les préjugés. Son combat nous rappelle celui de Caroline Lhomme, hémiplégique suite à un AVC, qui veut elle aussi changer le regard de la société sur le handicap.

Coach, depuis janvier 2019 Virginie Delalande accompagne désormais toute personne qui souhaite faire tomber ses plafonds de verre, pour oser rêver grand et s’autoriser à aller tutoyer les étoiles. La majorité de sa clientèle se compose d’entrepreneurs et de salariés en entreprise qui veulent évoluer vers un poste à leur juste mesure.

Son credo : Handicap ou non, nous avons tous en nous des trésors que nous pouvons mettre au service de chacun.

Un autre de ses objectifs : la mise en place par l’Éducation nationale d’une vraie politique d’intégration en milieu scolaire. Peu d’élèves désavantagés par une maladie ou une déficience physique ou neurologique obtiennent le baccalauréat et font par la suite des études supérieures.

Une chose est certaine : Virginie Delalande a su dépasser ses limites et expérimenter les clés décrites dans l’article : Comment sortir de sa zone de confort ? Elle en a même fait un défi permanent. Un bel exemple de ténacité et de courage pour qui veut exploser son plafond de verre et tutoyer les étoiles.

Raphaëlle Duleroy pour Celles qui osent

Related Posts
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.