Little Mix | Élever l’industrie musicale par le féminisme

Girls band créé en 2011 à la suite du télécrochet britannique The X Factor, Little Mix se compose des membres Jade Thirlwall, Leigh-Anne Pinnock, Perrie Edwards et Jesy Nelson. Dignes héritières des Spice Girls, vous avez déjà certainement entonné l’un de leurs 5 tubes ayant atteint le sommet des classements du Royaume-Uni. Premier groupe féminin à obtenir le prestigieux Brit Award du Meilleur Groupe Anglais, Little Mix est l’incarnation du féminisme dans l’industrie musicale. Une belle façon d’honorer leurs 10 ans de longévité. Quels messages féministes ont-elles véhiculés sur leur plateforme ?

L’émancipation : cheval de bataille du girls band

Si le thème récurrent du cœur brisé persiste, certains textes s’éloignent des clichés édulcorés pour libérer la parole et le tabou autour de sujets sensibles.

Le regard des autres

Définissant d’entrée de jeu l’identité du groupe, le titre Wings encourage les jeunes femmes à s’émanciper. Il est le premier single coécrit par les membres, et atteindra le haut des classements britanniques. Un an plus tard, elles enregistrent Little Me, soulignant la nécessité d’affirmer son opinion. En 2018, alors qu’elles sont désormais auteures de toutes leurs chansons, elles reviennent avec Strip. Signifiant « se déshabiller », le titre surfe sur la vague du mouvement body positive, initié par Ashley Graham. Dans le clip, elles s’exposent dénudées, arborant sur leur corps un panel de vocabulaire dépréciatif. Le but est d’éveiller les consciences sur le body-shaming, de glorifier ces présumés défauts qui nous rendent uniques. Ici réside la force des Little Mix ; incarnant le statut de role models à la perfection, elles se veulent identifiables, réelles et vraies.

annonce sortie livre Patiente de Violaine Berlinguet

La sexualité

Little Mix revendique un épanouissement de la vie intime, seule ou accompagnée. Dans Love (Sweet Love), le sujet de la masturbation est évoqué avec brio, sans tomber dans la vulgarité et la provocation. Little Mix grandit avec son public et cela se ressent dans leurs textes sulfureux et explicites. Se réapproprier son corps et sa sexualité représente un message d’empowerment et d’émancipation, notion chère au groupe.

La sororité : au cœur des paroles du groupe britannique

Les membres du girls band font passer leurs alliées féminines avant tout homme. Le titre Salute, diffusé sur les ondes en 2013, résonne comme un cri de ralliement et fait écho au titre de Beyoncé Run the World. Le concept selon lequel les femmes n’ont pas besoin d’un homme tant qu’elles ont leurs amies près d’elles n’est pas nouveau. Il avait notamment été introduit en 1996, par les Spice Girls dans le refrain du célèbre Wannabe : « If you wanna be my lover, you gotta get with my friends, make it last forever, friendship never ends » Si tu veux être mon amant, tu dois bien t’entendre avec mes amies, car l’amitié dure éternellement. Cette solidarité empreinte de protection se traduit par des termes comme « My girl ». Car c’est vers ses amies que l’on se tourne lorsque l’on a le cœur brisé. Elles vous réconfortent dans l’enveloppante Told You So, et vous invitent à boire un verre de vin en exprimant vos ressentiments. Le dansant Shout Out to my Ex, vous fera efficacement relativiser votre rupture.

Lien vers des formations en écriture digitale

La sororité est aussi dépeinte à travers les caméos de leurs mères respectives dans les clips Strip et Power, hymnes fédérateurs diffusant une énergie Girl Power. Between Us sera le dernier single des Little Mix avant leur hiatus de mai 2022. Hommage à leur puissant lien d’amitié, le groupe y inclut subtilement les titres des tubes qui ont bâti sa carrière. C’est aussi une célébration de tout ce qu’elles ont traversé en 10 ans, et les ont « transformées en combattantes ».

À lire aussi : Les Spice Girls | Les féministes qui ont popularisé le Girl Power.

La dénonciation : Little Mix, l’incarnation du féminisme dans l’industrie musicale

« Ce n’est pas facile d’être une femme dans l’industrie pop britannique. Nous avons vu la dominance des hommes blancs, la misogynie, le sexisme et le manque de diversité. (…) Le fait qu’un girls band n’a jamais remporté ce prix en dit long. » – Little Mix

Plus d’un groupe, Little Mix est un girlsband. Dans l’industrie musicale, le sexisme est encore monnaie courante. À l’instar des Spice Girls, Little Mix récupère son lot de détracteurs médiatiques. Sur le plateau de Good Morning Britain, l’animateur Piers Morgan blâme ouvertement la nudité du clip Strip, passant à côté du message. Il accuse le groupe d’utiliser son sex-appeal pour vendre ses tubes. L’échange houleux se conclura en chanson. Little Mix condamnera ce slut-shaming (en français « stigmatisation des salopes ») dans le titre Wasabi.

Edwards, Thirlwall, Nelson et Pinnock se sont battues pour être impliquées dans le processus de création des chansons de l’album LM5. Ainsi, après 7 ans de collaboration, Little Mix quitte le label Syco Music pour impossibilité d’être crédité sur la chanson Woman Like Me. Dans le clip, elles séjournent dans une demeure aux allures de pensionnat où l’on enseigne les bonnes manières. On les voit craquer progressivement, laissant tomber les tâches ménagères auxquelles elles étaient assignées ou dégustant des cheeseburgers avec les mains. Little Mix a la profonde volonté de dénoncer les injonctions et de renverser les clichés. Dans un registre plus émouvant, la chanson Woman’s World est inspirée du mouvement Me Too :

If you never been told how you gotta be

Si on ne t’a jamais dit comment te comporter

What you gotta wear, how you gotta speak

Ce que tu dois porter, comment tu dois parler

If you never shouted to be heard

Si tu n’as jamais crié pour être entendu

You ain’t lived in a woman’s world

Tu n’as pas vécu dans le monde d’une femme

Le 11 mai 2021, soit 10 ans après leur passage à The X Factor, Little Mix rentre dans l’histoire en gagnant le Brit Award du meilleur groupe britannique. Il s’agit d’une première pour un groupe féminin, une consécration. Dans leur poignant discours féministe, elles rendent hommage à tous les girls bands britanniques qui les ont précédées. Elles n’oublient pas de mentionner Jesy Nelson, ex-membre qui a annoncé son départ du groupe en décembre 2020.

La discrimination : l’autre combat des Little Mix

Le groupe milite pour une société plus inclusive et tolérante.

La communauté LGBT

« J’essaie constamment d’apprendre et de ne pas parler pour les autres, mais de parler avec eux. […] Je ne voudrais jamais avoir l’air d’utiliser ce public pour mon propre bénéfice. » – Jade Thirlwall

Outre le mouvement féministe, Little Mix utilise sa plateforme pour défendre la cause LGBT. Aux Émirats arabes unis, l’homosexualité est passible d’emprisonnement, d’amendes, de flagellation et d’exécution. Lors de l’interprétation de la chanson Secret Love Song à Dubaï, le groupe prend l’initiative de brandir le drapeau LGBT en arrière-scène. En parallèle, des personnalités drags apparaissent dans leurs clips Confetti et Power, tandis que le clip Only You met en scène un couple de femmes lesbiennes. Soutien infaillible à la communauté, la membre Jade Thirlwall fera la couverture du magazine Gay Times en décembre 2021.

Le racisme

Dans son documentaire autobiographique nommé Leigh-Anne : Race, Pop & Power, la membre du groupe relate son combat et son expérience en tant que femme de couleur au sein du girls band. Avec vulnérabilité, Leigh-Anne dévoile s’être sentie mise de côté, effacée voire invisible. Elle évoque comment sa couleur de peau a été utilisée pour définir son image et ainsi se différencier. Représentant une minorité, elle est désormais consciente que sa présence est capitale ; elle est une inspiration pour toute artiste de couleur cherchant à faire sa place dans l’industrie. À la suite de la diffusion de ce documentaire, elle co-crée The Black Fund, fondation visant à autonomiser les communautés noires et les aide à intégrer les industries créatives.

À lire aussi : D’où vient la culture drag ?

Little Mix a su prospérer en bousculant les codes avec virtuosité et en dénonçant les inégalités. En une décennie, les membres se sont imposés dans l’industrie musicale comme icônes féministes. Elles ont ingénieusement usé leur plateforme pour diffuser des messages essentiels d’empouvoirement à une audience consommatrice de pop bubble-gum, trop souvent dépourvue de sens.

Bénédicte Drochon, pour Celles qui Osent.

Sources :

Emissions :

BBC One : Leigh-Anne: Race, Pop & Power

Articles :

Celles qui osent instagram
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter… 💌

👉  Et recevez nos épisodes de podcast et nouveaux articles chaque mois !

Merci pour votre abonnement !