Marianne Ihlen, muse de Leonard Cohen

C’est sans doute l’une des plus belles histoires d’amour du monde de la musique. Celle de Marianne Ihlen et du chanteur Leonard Cohen. Elle a inspiré le morceau So long Marianne, l’un des plus connus du chanteur, et a même été photographiée au verso de son album Songs from a room sur laquelle elle apparaît vêtue d’une simple serviette. Morte quelques semaines avant Leonard Cohen, elle est restée son amie la plus proche malgré leur séparation. Celles qui Osent revient le temps d’un article sur l’histoire d’amour mythique de Leonard Cohen et Marianne.

La rencontre entre Leonard Cohen et Marianne

En 1958, Marianne a 23 ans. Elle est mariée avec Alex Jensen, un auteur norvégien, et vit avec lui sur l’île grecque d’Hydra. Un jour, dans une épicerie de l’île, elle rencontre par hasard le chanteur canadien, encore peu connu. Le mari de Marianne, avec qui elle a un fils, est violent, il boit beaucoup, fréquente d’autres femmes. Alors très vite, Marianne et Leonard deviennent amants. 

Mais Marianne retourne à Oslo, dont elle est originaire, avec son fils. Elle divorce de son mari et un an plus tard, reçoit ce télégramme de Leonard :

« Ai maison. Tout ce dont j’ai besoin, c’est ma femme et son fils. Leonard. »

Elle le rejoint avec son fils. Pendant une dizaine d’années, elle partagera sa vie entre la Grèce et le Canada, d’où Leonard Cohen est originaire. 

So long Marianne

Leonard Cohen est un poète avant d’être un chanteur. Tombé sous le charme de Marianne, il lui accorde très vite une place centrale dans son œuvre. En 1967 paraît son premier album qui, selon les proches du chanteur interviewés dans le documentaire Marianne and Leonard, words of love sorti en 2019, n’aurait jamais vu le jour sans la compagne norvégienne du poète et son aide.

La chanson  So long Marianne, hymne à sa muse, présente dans l’album de 1967, est écrite alors que leur couple bat de l’aile. Le refrain fait d’ailleurs référence à leurs disputes et différentes ruptures :

Now so long, Marianne, it’s time that we began
To laugh and cry and cry and laugh about it all again.

(Adieu, Marianne, il est temps que nous commencions à rire et à pleurer et à pleurer et à rire de tout cela à nouveau.)

La Norvégienne a également inspiré d’autres chansons d’amour de Leonard Cohen, comme Hey, that’s no way to say goodbye.

Lettre d’adieu de Leonard Cohen à sa muse

Le couple se délite, lentement, comme on peut le voir dans le documentaire Words of love de Nick Broomfield. Devenu célèbre grâce à ses deux albums sortis dans les années 1960, il s’éloigne petit à petit de Marianne et d’Hydra, et voyage souvent entre le Canada et les États-Unis pour travailler et produire de nouvelles chansons. Une séquence d’archive montrée dans le documentaire en dit long. On y voit Leonard, avant de commencer une chanson sur scène, dire à la foule :

« Au début, nous demeurions ensemble une bonne partie de l’année. Puis, deux mois par année. Puis deux semaines. Et maintenant, deux jours… »

En 1973, Marianne quitte définitivement Hydra, trouve un emploi dans une société pétrolière et se remarie. Ils ne s’oublieront jamais, et continueront d’entretenir une correspondance fournie. Certaines de leurs lettres ont d’ailleurs été vendues aux enchères. En 2013, elle est invitée au premier rang du concert norvégien du Old Ideas World Tour et chante avec lui la fameuse So long Marianne.

Marianne Ihlen meurt trois ans plus tard d’un cancer, en 2016. Ayant appris son grave état de santé, Léonard lui écrit : 

« Marianne, le temps où nous sommes si vieux et où nos corps s’effondrent est venu, et je pense que je vais te suivre très bientôt. Sache que je suis si près derrière toi que si tu tends la main, je pense que tu pourras atteindre la mienne. Tu sais que je t’ai toujours aimée pour ta beauté et ta sagesse, je n’ai pas besoin d’en dire plus à ce sujet car tu sais déjà tout cela. Maintenant, je veux seulement te souhaiter un très bon voyage. Adieu, ma vieille amie. Mon amour éternel, nous nous reverrons ».

Leonard Cohen meurt quatre mois après Marianne.

🌸 Encore un peu de poésie ? Retrouvez dans cet article une sélection des plus beaux vers d’amour dédiés aux femmes.

Victoria Lavelle pour Celles qui Osent

Celles qui osent instagram
À ne pas rater !
Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter !

 

☕️ Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque semaine !

Adresse e-mail non valide
En validant votre inscription à notre newsletter, vous acceptez que Celles qui osent mémorise et utilise votre adresse email dans le but de vous envoyer chaque semaine notre lettre d’information. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide du lien de désinscription ou en nous contactant via le formulaire de contact.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter… 💌

👉  Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque mois !

Merci pour votre abonnement !