En France, les femmes sans domicile fixe courent les rues

Partout en France, des centaines de milliers d’individus sans domicile fixe battent le pavé. Parmi eux, un nombre important de femmes. Si la précarité et la déshumanisation touchent l’ensemble de la population qui habite les rues, les femmes sont particulièrement vulnérables. Les dangers auxquels elles font face sont multiples, et leur esprit est bien souvent peuplé d’angoisses liées à l’insécurité permanente. Il est temps, à présent, de lever le voile sur un sujet encore trop peu mis en lumière. Qui sont les femmes SDF en France, et quels combats mènent-elles quotidiennement pour survivre et réintégrer la société ?

La sous-estimation du nombre de femmes SDF en France

Avant toute chose, il est nécessaire de définir les termes « sans-abri » et « sans-domicile ». L’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) regroupe, dans la première catégorie, les personnes vivant dans la rue ou dans des lieux non prévus pour l’habitation (garages, squats, gares, etc). La seconde catégorie prend également en compte les personnes bénéficiant ponctuellement, ou à plus long terme, d’une solution de mise à l’abri par le biais des différents dispositifs d’hébergement (hôtels, associations, Centres d’Hébergement d’Urgence, Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale).

Selon les dernières statistiques officielles de l’INSEE, publiées en 2012 :

  • Deux individus sans domicile sur cinq sont des femmes.
  • Les jeunes femmes entre 18 et 29 ans représentent 48% de la population sans domicile fixe.
  • Les femmes de plus de 50 ans représentent 31% de cette même population.
  • 38% des « sans-domicile » sont des femmes.
  • 5% des « sans-abri » sont des femmes.

Le Samu social de Paris recense 10% de femmes sans abri dans l’agglomération parisienne en 2022 (contre 2% en 2012).

Toutefois, ces données sont à prendre avec des pincettes. En effet, selon l’INSEE, trois risques coexistent dans la réalisation statistique sur le terrain :

  • le double comptage d’un individu, ou inversement ;
  • la stigmatisation des individus concernés ;
  • la pénétration dans l’intimité, déjà très restreinte, de ces personnes.

Par ailleurs, les femmes SDF se réfugient bien souvent dans les endroits où elles se sentent davantage en sécurité, notamment les parkings. Il est alors probable qu’un nombre significatif d’entre elles ne soit pas comptabilisé dans les statistiques.

📎 Envie de découvrir le portrait de femmes inspirantes ? Lisez aussi le parcours de Virginie Effira et le combat de la miliante Beate Klarsfeld sur Celles qui Osent !

La lutte quotidienne des femmes sans domicile

Parmi l’ensemble des catégories d’individus sans domicile, les femmes sont sans conteste les plus vulnérables face aux dangers de la rue.

La perpétuation des violences liées au genre dans la rue

Dans une étude réalisée en 2016, l’Observatoire du Samu social de Paris lève le voile sur la violence qu’endurent les femmes sans domicile. 90% d’entre elles ont été victimes de violence au moins une fois. Insultes, agressions sexuelles et viols sont le lot quotidien de ces oubliées, pour qui le danger est présent à chaque minute de leur existence.

Les conclusions d’une seconde étude, menée par la Fondation des femmes et la Fédération des Acteurs de la Solidarité (FAS) en octobre 2021, sont sans appel. Parmi les femmes hébergées dans trois structures d’hébergement mixtes, 93% d’entre elles déclarent avoir subi des violences au cours de leur vie, et 55% n’osent pas se déplacer au sein de l’établissement la nuit.

Dans la rue comme ailleurs, les femmes subissent de plein fouet les violences liées au genre. Toutefois, la menace est bien supérieure dehors. Selon l’association « l’Entourage », les violences endurées par les femmes sans abri sont en partie responsables de leur faible espérance de vie, qui est évaluée à 46 ans.

Une vulnérabilité accrue face aux problématiques d’hygiène

L’équipe de professionnels du Samu social de Paris alerte sur l’état physique et psychologique très préoccupant des femmes sans domicile. En plus de l’angoisse permanente générée par les risques de violences auxquels elles sont exposées, ces dernières sont très vulnérables sur le plan de l’hygiène. Si cette problématique est généralement très peu mise en lumière, elle est pourtant bien réelle. Seuls 10% des usagers des douches mises à disposition par les centres d’accueil d’urgence sont des femmes. Pour cause, les équipements que proposent les centres d’hébergement d’urgence sont rarement pensés dans le respect de l’intimité de celles qui en feront potentiellement usage.

Ainsi, il est peu étonnant de constater que 30% des femmes se rendent dans les toilettes publiques, les cafés/bars et les restaurants pour se changer. Quant aux protections hygiéniques, un grand nombre d’entre elles n’y ont pas accès, et sont alors contraintes de se servir de papier toilette. Une situation qui affaiblit énormément l’estime de soi de ces femmes.

La honte, un fléau qui amplifie l’isolement

Nicole raconte : « Je me suis retrouvée à la rue après être venue m’occuper de ma marraine à Vincennes. Je suis restée à ses côtés pendant six ans. Quand elle est décédée, j’ai voulu retourner à Aix, je me suis fait voler mes bagages à la gare et je ne sais pas ce qui s’est passé. J’avais tout perdu, j’étais affolée. C’est comme ça que je me suis retrouvée à l’hôtel. Au début j’appelais mes amis à Aix pour leur donner des nouvelles. Je leur racontais que tout allait bien. Et puis petit à petit à petit j’ai coupé les ponts. J’avais honte de ce qui m’arrivait ». D’après un témoignage publié par le Samu social parisien.

Comme Nicole, des milliers d’autres femmes s’isolent. Nombreuses sont celles qui coupent tout lien avec leurs proches. Loin de leur venir en aide, la honte qu’elles ressentent aggrave leur situation sur le plan matériel et fait chuter encore davantage leur estime d’elle-même.

📌 Découvrez le témoignage d’une ancienne alcoolique qui a décidé d’arrêter de boire, sur Celles qui Osent.

⏩ Pour ne rien manquer de nos prochaines publications, inscrivez-vous à la Newsletter sans plus tarder !

Un accompagnement social qui se heurte aux inégalités de genre

La prise en charge des femmes SDF s’inscrit généralement dans le cadre normatif habituel de la société. Ainsi, les inégalités de genres s’observent au sein même des structures d’accueil.

Les centres d’hébergement privilégient l’accueil des femmes

Les femmes sans abri bénéficient de plus de solutions d’hébergement que les hommes. Cela explique le très faible pourcentage de femmes vivant dans la rue, à savoir 5% parmi l’ensemble des catégories d’individus. Plus que les centres d’hébergement d’urgence, ce sont les établissements proposant une stabilité d’hébergement et un accompagnement social sur le long terme qui accueillent les femmes sans domicile.

Ainsi, en France, de nombreuses associations mettent à l’abri les femmes SDF, seules ou avec leur(s) enfant(s). Elles constituent, pour ces dernières, un premier rempart face aux dangers encourus dehors.

Un objectif de réinsertion sociale dicté par les normes patriarcales

Corinne Lanzarini, sociologue, met en avant les différences liées au genre dans l’accompagnement proposé aux hommes et aux femmes dans les structures de réinsertion sociale. Celles-ci sont, sans surprise, régies par les codes habituels du patriarcat, et dénotent une forme de violence institutionnelle exercée sur les femmes sans domicile.

Si les hommes sont épaulés dans leurs démarches purement pragmatiques de retour à l’emploi et à l’autonomie financière, l’exigence envers les femmes est avant tout portée sur l’importance de leur image. Ainsi, pour espérer se réinsérer socialement, ces dernières sont encouragées à prendre soin d’elles et de leur apparence. Loin d’être le fruit d’une stigmatisation des travailleurs sociaux, cette injonction est davantage le reflet de la société toute entière.

Par ailleurs, l’accompagnement des femmes est quasi-exclusivement orienté vers le réapprentissage des tâches domestiques et l’éducation des enfants. La gestion du budget, notamment au regard de la vêture et des repas, est prépondérante dans la prise en charge institutionnelle. Il est alors évident que les femmes sans domicile sont assujetties au modèle traditionnel de la société. Toujours selon Corinne Lanzarini, ces femmes n’ont d’autre choix que de se conformer au rôle qui leur est assigné, si elles veulent espérer sortir de leur situation.

💡Pour en savoir plus sur le patriarcat et ses codes, consultez notre article sur les conséquences de la domination masculine sur les femmes en France en 2002.

 

Le nombre de femmes SDF en France ne baisse pas ces dernières années. Extrême précarité, violence et sexisme font partie de leur quotidien dans la rue et accroissent leur sentiment d’insécurité et de vulnérabilité. Si leur protection est assurée par l’accueil associatif et par l’accompagnement des travailleurs sociaux, ces femmes sont contraintes de suivre la voie du patriarcat pour retrouver une place dans l’espace public.

Irène Golliot, pour Celles qui Osent

 

Sources :

https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2003-2-page-95.htm

https://www.samusocial.paris/la-rue-avec-elles

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281324

https://blog.entourage.social/2021/11/24/les-violences-faites-aux-femmes-ca-se-passe-aussi-dans-la-rue/

Celles qui osent instagram
À ne pas rater !
Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter !

 

☕️ Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque semaine !

Adresse e-mail non valide
En validant votre inscription à notre newsletter, vous acceptez que Celles qui osent mémorise et utilise votre adresse email dans le but de vous envoyer chaque semaine notre lettre d’information. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide du lien de désinscription ou en nous contactant via le formulaire de contact.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter… 💌

👉  Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque mois !

Merci pour votre abonnement !