Discovering hands, la palpation clairvoyante contre le cancer

discovering-hands-cancer-seins-palpation-gynécologue

Discovering Hands, la palpation clairvoyante contre le cancer

L’automne arrive, bientôt le mois d’octobre… rose. En effet, c’est le mois de la prévention contre le cancer du sein. Avec en moyenne 54 000 nouveaux cas et 12 000 décès chaque année, le cancer du sein est le plus fréquent et le plus meurtrier chez les femmes. La moitié des cancers sont dépistés lorsque celles-ci sont âgées de 50 à 69 ans. Ainsi, depuis 1994 en France, les autorités sanitaires ont mis en place le dépistage organisé à partir de 50 ans. L’examen, non obligatoire, est pris en charge à 100 % par l’assurance maladie, sans avance de frais. La mammographie est un moment plutôt désagréable car les seins sont brièvement compressés dans un appareil de radiographie. En Allemagne, le projet Discovering Hands offre une alternative humaine efficace : un dépistage manuel précoce réalisé par des femmes aveugles.

Un sens du toucher exacerbé au service de la santé 

Élaboré en 2006 par Franck Hoffmann, gynécologue à Duisbourg, en Allemagne, le programme Discovering Hands consiste à former pendant neuf mois des femmes aveugles ou malvoyantes à la palpation mammaire. « En deux, trois minutes de palpation sommaire, on peut passer à côté de beaucoup de choses. Je voulais trouver un moyen d’améliorer cette prévention précoce et je me suis rendu compte qu’il fallait des personnes avec un sens du toucher plus développé. » Habituées à utiliser leur sens du toucher de manière intensive dans leur quotidien, ces femmes privées du sens de la vue détectent des masses minuscules en palpant les seins d’autres femmes. Franck Hoffmann a dû convaincre ses confrères gynécologues que son idée pouvait sauver des vies. L’enjeu est de taille : 70 000 femmes sont diagnostiquées chaque année en Allemagne et 90 % des patientes sont en vie cinq ans après un dépistage anticipé.  

Des “palpeuses” professionnelles et empathiques

Les femmes formées par le programme Discovering Hands découvrent jusqu’à 30 % d’anomalies supplémentaires dans les tissus que les professionnels médecins ou gynécologues. Elles décèlent des masses de 6 à 8 mm de diamètre, alors que les médecins ne détectent que des grosseurs de 1 à 2 cm de diamètre. À ce stade, la tumeur n’a pas eu le temps de se répandre dans le corps et les femmes peuvent espérer guérir plus facilement.  

En dehors de leurs aptitudes manuelles exceptionnelles dues à leur handicap, ces « assistantes en palpation » peuvent accorder le temps nécessaire aux patientes parfois angoissées ou stressées par cet examen médical. Elles expliquent le procédé et le déroulé de la séance avec bienveillance et empathie. Bénéficiant d’un accueil privilégié, une relation de confiance peut s’instaurer et les femmes osent poser des questions qui les préoccupent.  

Une première étape préventive efficace

L’analyse peut durer entre trente minutes et une heure selon la taille de la poitrine. Du bout des doigts, l’assistante réalise méthodiquement une palpation délimitée par des scotchs fractionnant les zones des seins à inspecter. S’il y a suspicion de nodule, la « palpeuse » informe le médecin, unique personne habilitée à établir un diagnostic. Lui seul peut déterminer s’il faut poursuivre par une échographie ou prescrire une mammographie. Cette méthode n’a pas pour vocation de remplacer la radiographie, seule en mesure de repérer les microcalcifications dans les seins, le premier stade de tumeur maligne. Cependant, le cancer du sein se développe rapidement, particulièrement chez les jeunes femmes, qui représentent 30 % des nouveaux cas, donc ce type de dépistage manuel préalable est bénéfique. Cette consultation sert ainsi de première étape de prévention. 

Un modèle d’inclusion dans le domaine de l’emploi 

Aujourd’hui, Discovering Hands est une entreprise sociale qui se met à la disposition des cabinets de gynécologie, et emploie plus de quarante salariées handicapées. Ces femmes aveugles ou malvoyantes, formées à un métier gratifiant, s’épanouissent en aidant les femmes. Alors que les personnes handicapées représentent 8,4 % des demandeurs d’emploi, leur taux de chômage atteint 19 %, soit plus du double que le chiffre national. Avec le projet Discovering Hands, tous les talents de la société sont valorisés ; le handicap n’est pas considéré comme un « frein », mais comme une valeur ajoutée. Il n’est donc pas étonnant que ce concept ait remporté le premier prix de l’édition 2017, décerné par la société civile de l’Union européenne, comme un exemple d’inclusion dans le domaine de l’emploi. 

Discovering Hands a été dupliqué en Suisse, en Autriche, mais aussi en dehors de l’Europe en Inde, en Colombie ou au Mexique. Franck Hoffmann a bien tenté d’approcher des partenaires français, mais les professionnels du domaine ne semblent pas prêts à déléguer leur pouvoir à des assistantes qui ne sont pas médecins. Les gynécologues français encouragent plutôt l’autopalpation comme premier moyen de prévention. Dommage, car vous ne possédez peut-être pas la maîtrise du tâtonnement… à l’aveugle. 

Violaine B.