Oser être soi-même : l’interview de Cindy Ghys

Biberonnées aux contes de fées et aux réseaux sociaux, 7 femmes sur 10 souffrent de la pression d’être parfaite : elles se comparent et se dévalorisent, compensant ce stress par le sucre, le shopping ou une addiction. Elles ont peur du jugement, du regard des autres et se sentent toujours coupables de ne pas être à la hauteur. 

Cindy Ghys, coach de vie certifiée, auteure et créatrice de la marque J’arrête d’être parfaite, l’assure : le monde n’a pas besoin de femmes parfaites, mais de femmes qui osent !

Non à la famille Kinder Bueno, aux sourires ultras bright, à la maison Pinterest et… à la perfection ! Afin d’accéder au bonheur, Cindy Ghys nous donne des astuces pour écouter notre cœur, révéler notre audace et s’accorder de la valeur. Celles qui Osent vous livrent quelques-uns de ses conseils, pour oser une vie plus authentique. 

Stop au stress de performance 

 Toujours coupable de « peut mieux faire », parano du kilo en trop, ou victime d’une petite voix qui dit « bouh, looseuse », 100 % des femmes ont un jour ou l’autre ressenti la pression de devoir en faire plus.

Pendant un quart de siècle, Cindy Ghys a souffert de son perfectionnisme. À quatre ans, elle remporte son premier concours national de piano, grâce à son talent, mais aussi beaucoup de travail. En cherchant à devenir « une petite fille parfaite », elle place ses émotions sous contrôle. Elle grandit en ayant peur « de la fausse note. “Malgré ses efforts, elle se sent toujours coupable de « peut mieux faire » et ne sait pas comment « réussir sa vie ».

Après des années sous pression et un burnout parental, « je comprends que je m’épuise à atteindre la perfection. La vraie vie est imparfaite : il est bien là le bonheur. Le culte de l’excellence et le stress de performance m’ont appris à me déconnecter de mes sentiments pour concentrer toute mon attention sur ce qu’on attendait de moi. L’éducation par le mérite m’a privée d’amour inconditionnel et j’avais l’impression que ce n’était jamais assez. Quand j’ai découvert la maternité, j’ai réalisé que mes critères de normalité étaient si élevés, qu’ils n’étaient pas humains. Pour la première fois je me suis enfin autorisée à ressentir, reconnaître ma valeur, accueillir mes imperfections, oser être moi. »

 Elle décide alors de s’aider elle-même, puis d’accompagner les femmes à oser entreprendre la même démarche. « Mon histoire, c’est aussi celle de beaucoup d’entre nous. Très tôt, nous subissons les injonctions sociétales qui nous incitent à devoir être bonnes élèves, sage et parfaite. Il est important d’oser sortir du cercle vicieux : je ne suis pas parfaite donc je suis nulle, pour être mieux dans sa vie. »

Cindy constate que le déclic arrive à différents âges de la vie, quel que soit le niveau social, d’études ou l’héritage familial. 

« Le parfait, c’est rigide, froid et inhumain. D’une certaine façon, la perfection nous fait perdre notre humanité. Attention, je ne valorise pas le laisser-aller ou l’anarchie. J’aide simplement les femmes à sortir du perfectionnisme qui rend malade, malheureuse, celui qui nous fait devenir notre propre tyran. »

Entrepreneuse et jeune maman de trois enfants, Cindy jongle désormais avec ses priorités, car « je ne suis pas wonderwoman, les journées ne durent que 24 h ! » 

cindy-ghys-cellesquiosent-CQO

Oui à la vraie vie parfaitement imparfaite

J’arrête d’être parfaite

Certifiée en développement personnel, dans son livre J’arrête d’être parfaite publié aux éditions Eyrolles, Cindy Ghys combine des tests de personnalité, des exercices pratiques et des questions d’autocoaching pour un programme de 21 jours.

L’ouvrage aide les femmes à se libérer leur charge mentale, en finir avec les injonctions et le stress de performance. ‘Il faut cesser de se comparer, accepter notre vulnérabilité et oser être nous-mêmes !

Grâce à son coaching, J’arrête d’être parfaite, Cindy permet de travailler sur l’estime de soi, la réalisation de ses projets et de sa vie perso. ‘Il est important de se libérer du regard des autres. Nos défauts font partie de nous. Nous faisons des erreurs, nous ne sommes pas des erreurs. La recherche de perfection amène beaucoup d’intransigeance, voire des conflits.

Cindy Ghys aide à ramollir notre perfectionnisme, remuscler la confiance en soi, débloquer l’enthousiasme, l’audace et la spontanéité. 

Troquer ses exigences contre ses préférences. Dealer avec l’imperfection. Admettre que l’on peut échouer. Choisir des challenges simples pour avancer. Oser déléguer quand on est noyé dans notre charge mentale.’  

Cindy donne des exercices concrets à ses clientes, comme celui de la boulangerie.” Cela consiste à rentrer dans une boulangerie et changer cinq fois d’avis (ce qui est socialement mal poli) pour finalement ne rien acheter ! » Cindy ajoute : « Quand on est en quête de perfection, le moteur est souvent la peur. Moi je leur donne des petits noms, à mes craintes. » 

Oser être soi-même

Cindy Ghys propose aussi plusieurs formations telles que : 

  • du bonheur en barres ; 
  • tu peux tout traverser (mort subite, kidnapping, prématurité, maternité…) ; 
  • progresser dans son couple (communication, amour, dispute, etc.) ;
  • libido (amour, couple) ;
  • libre de manger (addict au sucre, comportement alimentaire, trouble).

 Sa box bien-être (en collaboration avec Sophie Koubbi) est constituée de fiches illustrées de l’Académie des Audacieuses, 30 jours de programme pour gagner plus d’audace dans sa vie. « J’encourage les femmes à vivre à fond et mettre du bonheur en barre dans leur vie ! » 

Cindy offre également La Pause, pour se détendre le cerveau et savourer la vie imparfaite, #menfoumentape, avec des outils ludiques, pour progresser dans sa relation à soi, aux autres et au monde. « Sachez que l’on perd toujours au jeu de la comparaison. C’est intéressant de s’inspirer des autres, mais se comparer sans cesse est frustrant et contre-productif »

 

Sociable, ouverte et à l’écoute, Cindy Ghys aime s’entourer de gens avec lesquels elle partage les valeurs. « Les compétences s’acquièrent, pas les qualités intrinsèques d’une personne. » Cindy entretient des relations de proximité avec ses partenaires, tutoie ses lecteurs et noue même des relations amicales avec ses clientes. « L’être humain est social, nous avons besoin des autres. Or, dans le contexte actuel, la peur redevient le moteur et les gens se replient sur eux-mêmes. »

Pour Cindy, « toutes les femmes du quotidien m’inspirent. Je suis admirative des femmes qui osent rebondir face à des accidents de parcours tels que la maladie ou le dépouillement financier. »

 

« Les filles, il faut réaliser que vous êtes suffisante ! Terminé la pression de devoir être LA meilleure, il suffit de donner son meilleur, basta. Et ça marche à la maison, au boulot, sous la couette, et même avec les gosses. On kiffe et on s’en fout ! » Certes, nous avons tous envie de donner une bonne image de soi-même, mais « se foutre la paix, c’est bien aussi non ?! » Qu’en pensez-vous, Celles qui osent ? 

 

Violaine B — Celles qui Osent

tipeee-celles-qui-osent

Articles similaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.