Oser booster son immunité grâce aux aliments

Pour cette rentrée 2021, la priorité sera plus que jamais : prévenir plutôt que guérir. Prendre soin de sa santé et de celle de ses proches, quelles que soient nos convictions intimes, c’est ce qui devrait nous tenir soudés et solidaires pendant la crise. Alors, comment on s’y prend pour agir en restant optimiste et pour chouchouter notre terrain biologique ? Celles qui Osent vous donne ses 5 règles d’or pour booster son immunité grâce aux aliments, pour vous donner les meilleures chances de rester en forme toute l’année. C’est parti !

Booster son immunité : les compléments, il était temps

Connaissez-vous le maître mot d’une santé solide ? La prophylaxie ! Mais c’est quoi au juste ? C’est tout simplement la prévention qu’on fait pour éviter de tomber malade ou pour réduire les complications d’une maladie. Dans la catégorie de la prévention, nous avons nommé les compléments alimentaires pour booster son immunité, à prendre notamment aux changements de saisons. En effet, au printemps et à l’automne, notre organisme est fragilisé par les bouleversements atmosphériques et lumineux, qui lui demandent de s’adapter. Cette mise à l’effort fatigante, associée aux nouveaux rythmes scolaires et professionnels, est source de stress. Le combo gagnant pour être plus vulnérable aux microbes et aux virus… 

Que faire pour se protéger ? CQO vous propose une cure bi-annuelle de compléments, type Omégas et vitamines, spiruline ou probiotique. L’idéal est de se faire prescrire une prise de sang par votre médecin traitant, pour connaître en détail vos carences. Une fois bien informées, prenez des compléments adaptés à vos besoins. Les cures « Immunité » de chez Biocyte, laboratoire français spécialisé en nutraceutique et expert du complément alimentaire pourraient peut-être vous aider. 

Savez-vous ce que sont les probiotiques ? Comme les levures, les champignons ou les bactéries contenues dans les ferments, ce sont les « bons » micro-organismes qui soutiennent la fonction immunitaire et digestive du corps. Un antibiotique, c’est l’inverse. Il détruit des bactéries pathogènes ciblées avec efficience, mais dans la foulée, il s’en prend également à certains anticorps utiles et à la flore intestinale. C’est la raison pour laquelle, on vous dit de prendre votre traitement antibiotique en mangeant, pour limiter les effets sur le système digestif. La bonne nouvelle, c’est que les probiotiques sont complémentaires aux antibiotiques, quelques jours après la fin de votre traitement. 

Quelques exemples concrets de probiotiques ? L’huile de pépin de pamplemousse, le Kombucha et le Kéfir.

Mieux assimiler : la tisane, ça vous gagne

Boire chaud en mangeant, c’est la base de la médecine ayurvédique. Lorsqu’un composé est en décalage thermique avec le système digestif, non seulement ça le fatigue, mais l’assimilation des aliments s’en trouve amoindrie. Les tissus internes se rigidifient avant d’être capables de fonctionner correctement à nouveau. 

Connaissez-vous le péristaltisme ? Des intestins sains et en bonne santé peuvent digérer les aliments plus aisément grâce à ce mouvement d’oscillation, que font aussi les serpents et les chenilles pour circuler. L’intestin doit pouvoir activer ses anneaux avec des micro mouvements pour faire descendre les aliments jusqu’au côlon et favoriser l’évacuation (normalement au moins 1 fois par jour). Le froid entrave cette oscillation quand le chaud assouplit et détend les muqueuses, en même temps qu’il nettoie mieux la paroi intestinale, où peuvent stagner des matières agglomérées. Boire de la tisane en mangeant, c’est donc préparer la digestion et l’assimilation. Y ajouter des plantes aux multiples vertus médicinales, c’est encore mieux !

Se protéger des agents pathogènes : l’aromatique, c’est thérapique

Savez-vous que l’utilisation des plantes est aussi bien une démarche allopathique que holistique ? L’aromathérapie saurait réconcilier la médecine classique et la médecine alternative. C’est-à-dire ? Les plantes peuvent aussi bien avoir un effet curatif instantané qu’un rôle sur la fonction immunitaire au long court. 

L’allopathie, c’est la médecine qui lutte contre les symptômes et qui soulage les maux du corps de façon immédiate. On l’oppose souvent aux médecines alternatives, qui considèrent la santé de façon globale, comme le respect d’un équilibre d’ensemble qui va permettre au corps de se défendre seul. 

La médecine telle que nous la connaissons utilise des composés de synthèse, fabriqués dans des labos et vendus en pharmacie. Ce procédé rassure le patient qui pense que l’aspect technique et scientifique est gage d’efficacité. On connait tous une personne qui affirme « Oh moi, les plantes, je n’y crois pas du tout. Je veux un bon médicament, qui marche ». Pourtant, est-ce qu’une personne sceptique sur l’effet des plantes douterait de la toxicité mortelle de la cigüe ou des hallucinations provoquées par la datura ? Cet exemple montre que les principes actifs d’herboristerie sont souvent tout aussi puissants que les molécules chimiques, en bien ou en mal. 

Les plantes, comme les médicaments, ont donc une efficacité immédiate. L’avantage en prime ? Il y a moins d’effets secondaires avec l’aromathérapie, car la nature a pensé à l’équilibre d’ensemble, là où l’humain a une vision restreinte. Isoler des molécules artificiellement et traiter un organe indépendamment du reste, c’est toujours courir le risque de provoquer un déséquilibre global. Vient ensuite la course à la compensation aux effets secondaires.

Et sinon, si on vous parlait de nos 5 plantes fétiches pour votre bien-être ? 

Il y a :

  • le thym, excellent pour le système respiratoire, l’immunité et les émonctoires (ce qui élimine les déchets du corps ) ; 
  • la sauge, qui réduit l’indice glycémique en brûlant les graisses ;
  • le thé vert, qui est un des plus puissants antioxydants, en plus de booster le renouvellement cellulaire ;
  • le chanvre, qui en prime d’être un excellent isolant a des vertus déstressantes, grâce au CBD qu’il contient (ce qui en ce moment n’est pas du luxe) ;
  • l’artemisia annua, célèbre pour ses propriétés antivirales, qui aideraient à lutter contre la Covid-19 

Il en existe évidemment bien d’autres, mais on a choisi celles qui sont le plus en vogue en ce moment 😉

Vous pouvez vous en procurer facilement sur Naturel.net. Ce site propose un large choix de tisanes fabriquées en France, en fonction de vos besoins (vitalité, sommeil, minceur, digestion, circulation, respiration).

Profiter des vertus des aliments : le végétal, c’est l’idéal

Connaissez-vous le dicton « De tout un peu, un peu de tout » ? On peut dire qu’il est parfaitement approprié à l’alimentation en général, surtout quand plaisir immédiat fait mauvais ménage avec santé à long terme. 

Parmi les aliments qui sont des poisons à haute dose, il y a  :

  • le sucre, surtout raffiné, qui vient se stocker dans les cellules et augmente le risque de cancer ;
  • la viande, parfois bourrée d’hormones et de stress, qui peut avoir un impact neurologique, digestif et hormonal néfaste ;
  • l’alcool, première drogue dont on connaît les effets désastreux sur le foie, aggravé par les nitrites et les sulfites ;
  • les laitages, dont la digestibilité provoque beaucoup de débats non résolus à ce jour ;
  • les céréales et notamment le gluten, qui viennent s’agglomérer dans les plis de la paroi intestinale et inflamme le système digestif.

En revanche, s’il y a une chose dont il est plus difficile d’abuser, ce sont les fruits et les légumes, gorgés de minéraux, de vitamines et de nutriments. Certains aliments comme la tomate ou la peau du poivron sont susceptibles de provoquer des remontées acides. Pensez bien à soulager votre système gastrique en vous faisant prescrire des pansements gastriques par votre médecin. Pour le reste, traiter vos fringales avec des fruits et des légumes plutôt que de céder au snacking est le meilleur moyen pour lutter contre les mauvaises habitudes.

Savez-vous que la couleur des fruits et des légumes donne de bons indices sur leurs propriétés ? 

  • Le vert dénote la présence de chlorophylle, en général détox. 
  • Le violet contient des anthocyanines antioxydantes, qui préservent du vieillissement cellulaire.
  • Le blanc est gorgé de quercétine anti-inflammatoire qui aide à lutter contre l’asthme et les allergies.
  • Le rouge, concentré de lycopène, limite la présence des radicaux libres, qui, produits en excès, sont responsables de lésions tissulaires.
  • L’orange est riche en bêta-carotène, molécules qui protègent contre les rayons du soleil et aident à mieux profiter de la vitamine D. 

Plus c’est coloré, mieux c’est !

Choisir des aliments riches : moins transformé, bien plus d’effet

Réapprendre à aimer les saveurs des aliments dans leur forme simple et brute, c’est la meilleure solution pour en faire bon usage. Quand on mange trop sucré, trop salé et trop gras, la sensation de satiété est tronquée. À contrario, manger sain, c’est savoir d’emblée se rationner. Une expérience a été menée sur des enfants des pays nordiques à qui on donne à manger beaucoup de fruits et de légumes dès leur plus jeune âge. Lors des repas, on leur propose de choisir les aliments bruts qu’ils préfèrent. Après analyse de sang, on constate que l’appétence naturelle correspond aux besoins nutritifs réels. Intéressant non ? 

Au niveau du travail des produits, plus un aliment est transformé, moins il a de valeur nutritive. Certains aliments sont dits thermolabiles, comme les carottes, c’est-à-dire qu’ils perdent un grand nombre de propriétés à la cuisson. D’autres légumes en revanche sont meilleurs cuits, comme la tomate, dont les composés deviennent biodisponibles. Dans tous les cas, il est conseillé de manger un maximum de fruits et de légumes frais, qui, s’ils doivent être cuits, le seront par vos soins. Sortir un produit mixé du congélateur pour ensuite le cuire fait perdre bien des vertus utiles. C’est dommage ! 

Pour les produits cosmétiques, la peau est une éponge qui fait tampon entre l’extérieur et l’intérieur, à une vitesse un tout petit peu moindre que les muqueuses, mais tout de même. Imaginez les dégâts que peut faire la pollution ou la mauvaise chimie dans les produits de beauté. Il faudrait n’étaler sur sa peau que ce qui est comestible. Le Konjac par exemple est une éponge de mer qui fait un excellent gommage pour le visage, laisse une peau aussi douce que celle d’un bébé et se mange. Sympa, non ?

 

Vous arrivez à la fin de cet article qui vous aura été utile, nous l’espérons. Nul besoin de vous rappeler que ces astuces ne remplaceront jamais l’avis d’un professionnel de santé. Manger sain reste complémentaire à toutes les recommandations médicales qui peuvent vous être données. Alors, en espérant que vous utiliserez ces tips, Celles qui Osent vous souhaite de prendre bien soin de vous ! 

Charlotte Allinieu, web journaliste pour Celles qui Osent

tipeee-celles-qui-osent

Related Posts
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.