Alexandria Ocasio-Cortez, femme politique américaine | Celles qui osent

C’est une femme, elle a tout juste 30 ans, elle est latina et a grandi dans le Bronx. En 2019, Alexandria Ocasio-Cortez crée l’évènement en écrasant un des barons du parti aux primaires démocrates avant de devenir la plus jeune représentante jamais élue au Congrès. Depuis, elle incarne une nouvelle génération de femmes politiques américaines, optimistes, créatives et redoutablement combatives.

Découvrez avec Celles qui Osent le parcours supersonique d’Alexandria Ocasio-Cortez, femme politique américaine engagée pour la justice sociale aux USA.

L’ascension politique d’une fille du Bronx

“Il est important de ne pas ignorer le pouvoir de l’identité. C’est quelque chose de très puissant.”

Alexandria Ocasio-Cortez, aka AOC,  naît en 1989 dans le Bronx, l’un des arrondissements les plus pauvres de New-York. Dans ce district, plus de la moitié des habitants est d’origine hispanique. Son père, de parents portoricains, y est né également. Profondément enracinée dans ce quartier populaire, la jeune femme revendique fièrement ses origines latinos. Et se place en porte-parole des minorités qui composent la grande majorité de sa population… 

L’étoile montante du parti Démocrate valide brillamment son Master en Économie et Relations Internationales à l’Université de Boston, en 2011. À la même époque, elle travaille aux côtés du sénateur Ted Kennedy sur le dossier de l’immigration et des regroupements familiaux. Lorsque son père meurt brutalement, elle n’a pas encore fini ses études. Elle rentre à New-York et enchaîne les petits boulots pour aider sa mère, femme de ménage et conductrice de bus scolaire, à payer les factures. Ce retour est l’occasion pour la jeune femme de s’impliquer dans plusieurs mouvements activistes de soutien aux minorités. Lors des présidentielles de 2016, elle affûte ses compétences et son engagement politique en  participant activement à la campagne de Bernie Sanders dans le Bronx. 

“Les femmes comme moi ne sont pas censées être candidates”

En 2017, le Congrès Américain est composé à 80% d’hommes de plus de 60 ans, majoritairement blancs, millionnaires et avocats. De nombreuses organisations citoyennes dénoncent les dérives oligarchiques et la corruption financière qui gangrènent cette institution. Le mouvement Brand New Congress, qui recrute des politiciens non professionnels pour faire bouger les lignes, choisit de soutenir AOC pour les primaires démocrates. Elle se présente dans la 14e circonscription de New-York contre Joseph Crowley, une figure puissante et bien établie du parti. Ce politicien chevronné est confortablement installé dans son fauteuil de sénateur depuis plus de 20 ans ! La jeune militante mène une campagne très à gauche, sur fond de Green New Deal et Medicare pour tous. Bénéficiant d’un soutien sans faille des associations citoyennes qui l’accompagnent, elle remporte les primaires face à Crowley avant de battre le Républicain Pappas. À 29 ans, elle devient ainsi la plus jeune candidate jamais élue au Congrès américain. 

Alexandria Ocasio-Cortez : un programme et un message à gauche toute pour l’Amérique

Un programme résolument socialiste

La nouvelle icône de la gauche américaine assume sans complexes ses convictions socialistes malgré le tabou dont ce terme fait encore l’objet aux USA.

Elle milite en faveur :

  • d’une couverture santé universelle ;
  • du passage à un système énergétique 100 % renouvelable ;
  • d’un accès à l’éducation supérieure pour tous ;
  • de l’abolition de l’ICE (Immigration & Customs Enforcement), l’organisme chargé du contrôle des frontières ;
  • d’un contrôle strict des armes à feu dans le pays.

Un message en faveur de la convergence des luttes progressistes

Lors de sa campagne électorale, la démarche inclusive d’Alexandria Ocasio-Cortez lui permet de toucher les populations habituellement absentes des bureaux de vote. Elle délivre un message appelant à la dignité économique et sociale, sans distinction de race, de classe, de genre ou de sexualité. Un discours qui fait mouche auprès des désenchantés de la politique. Les travailleurs, les femmes, les jeunes et les populations d’origine immigrée qui composent majoritairement sa circonscription se déplacent en masse pour voter AOC.

La Démocrate 2.0 qui parle aux millennials

Un clip de campagne devenu viral

L’élue New-Yorkaise a naturellement intégré les réseaux sociaux à son écosystème communicationnel. The courage to change, son clip de campagne, a cumulé près de 1,5 millions de vues sur Youtube depuis 2018. Elle y dénonce le pouvoir de l’argent et des lobbies, et apparaît prenant le métro, discutant avec les habitants de son quartier ou passant un moment de convivialité en famille. 

@aoc conquiert la twittosphère et enflamme Instagram

Son usage de Twitter, subtil et percutant, a été salué par le PDG de la plateforme, Jack Dorsey himself ! AOC y fait régulièrement le buzz sur ses thématiques de prédilection.  Elle concurrence Donald Trump sur son terrain de jeu favori en pulvérisant ses taux d’engagement à coup de punchlines bien senties. 

La jeune représentante travaille également son storytelling et met en scène sa vie de nouvelle élue au Congrès sur Instagram.  Comme tous ceux de sa génération, elle en maîtrise parfaitement les codes et interagit régulièrement avec sa communauté. 

Une élue sachant twitcher

En novembre 2020, Alexandria Ocasio-Cortez se glisse dans la peau d’une gameuse pour jouer 3 heures durant sur Twitch, la plateforme préférée des amateurs de jeux vidéo. La star démocrate rassemble ce jour-là plus de 400 000 spectateurs simultanés, ravis de voir une personnalité politique manier leurs codes sans ringardise. À deux semaines de la présidentielle américaine, elle utilise ce média avec succès pour mobiliser un électorat jeune et souvent enclin à l’abstentionnisme.

Une nouvelle génération de femmes politiques américaines

Le “Squad” : une bande d’élues qui dépoussière le Congrès

Au-delà de la figure d’AOC, devenue iconique, son ascension fulgurante témoigne de l’effervescence politique qui agite les millenials aux États-Unis. Plusieurs femmes engagées et combatives gagnent, la même année, leur place au Capitole. Parmi elles, Ayanna Pressley, Ilhan Omar et Rashida Tlaib : 3 représentantes qui détonnent au milieu des vieux mâles blancs du Capitole. Ces nouvelles femmes politiques américaines forment “The Squad”, un groupe de femmes politiques qui incarnent le renouveau de la gauche militante. Elles secouent le paysage politique et n’hésitent pas à demander des comptes aux politiciens et entrepreneurs les plus influents (Donald Trump en tête). Si chacune possède une vision et un message politique qui lui est propre, elles demeurent soudées pour la convergence des luttes progressistes. Leur motto : la parité, les droits des classes moyennes, les droits des personnes LGBTQ, la fin du racisme et la sauvegarde de l’environnement.  

Celles qui clashent le sexisme ordinaire en politique

Les 4 congressistes affirment leur identité et partagent massivement leurs opinions sur les réseaux sociaux, s’attirant régulièrement les foudres des conservateurs de tous bords. Dans le viseur, leurs origines et leur condition de femme, cibles privilégiées des attaques dont elles font l’objet. Et auxquelles elles répondent systématiquement. Ainsi lorsque Donald Trump, alors président des USA,  somme les 4 élues américaines de “retourner dans leurs pays en ruines et rongés par la criminalité” celles-ci n’hésitent pas à le recadrer. Lors d’une conférence de presse à Washington, elles appellent à la destitution de ce président raciste, sexiste et vulgaire, qui se vante de “saisir les femmes par la chatte”… affirmant qu’elles ne retourneront nulle part, hormis au Capitole !

De son côté, la représentante Ocasio-Cortez est connue pour ses démonstrations implacables et ses prises de paroles sans concession. Par des exemples concrets, souvent tirés de son expérience personnelle, elle dépolitise les débats et implique son audience. Aussi, quand un élu républicain la traite de “fucking bitch” (putain de salope),  AOC saisit l’occasion pour dénoncer un problème global : le sexisme ordinaire en politique et dans la société. “C’est une culture d’absence d’impunité, d’acceptation de la violence et du langage violent à l’égard des femmes”. Elle exprime même sa gratitude envers son confrère, le remerciant “d’avoir montré au monde que l’on peut être un homme puissant et agresser verbalement des femmes”. Prononcé devant les membres du Congrès, ce discours cinglant est, lui aussi, devenu viral !

 

Engagée et charismatique, Alexandria Ocasio-Cortez redonne un coup de boost à l’aile socialiste du parti démocrate. La jeune femme politique américaine incarne le renouveau de la gauche et l’engagement des millenials pour l’émergence d’une justice sociale aux USA. Tout juste trentenaire, la benjamine du Congrès est au début du chemin… pour espérer atteindre un jour la Maison Blanche ?

Découvrez ici la biographie d’une autre militante pour le droit des femmes et des minorités : Rigoberta Menchu, une femme Maya au parcours hors du commun !

Sabine André, pour Celles qui Osent 

tipeee-celles-qui-osent

Articles similaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.