Le désaccord des féministes sur la question trans

Ce débat dure maintenant depuis plusieurs mois. La « question trans » oppose les activistes : faut-il inclure, ou non, les femmes transgenres au combat féministe ? C’est un thème intéressant, car à travers lui, on retrouve deux visions différentes du féminisme, accompagnées de leurs pensées respectives. Pour autant, cela n’empêche pas les dérives et les raids sur les réseaux sociaux, faisant de cette thématique une sorte de « terrain miné ». Or, comme l’affirme la philosophe et spécialiste du féminisme Geneviève Fraisse : « c’est un signe de bonne santé politique. Nous sommes suffisamment nombreuses pour être en désaccord ». Celles qui Osent décrypte pour vous le désaccord des féministes sur la question trans. 

La « question trans » : la mésentente des féministes

On ne peut pas comprendre cet épineux débat, sans s’attarder sur deux concepts essentiels : celui de genre et celui de sexe. Selon l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, le sexe désigne les « caractéristiques biologiques et physiologiques qui différencient les hommes des femmes », tandis que le genre est lié aux « rôles qui sont déterminés socialement, aux comportements, aux activités et aux attributs qu’une société considère comme appropriés pour les hommes et les femmes ». En bref, le sexe désigne la réalité biologique, et le genre la réalité sociale. Donc dans le cas des personnes dites « cisgenres », cela signifie que le genre de ces dernières correspond à leur sexe biologique. C’est quand le genre d’un individu ne correspond pas à son sexe qu’on parle alors de personne « transgenre ». Une femme transgenre désigne donc une personne née homme, qui ne parvient pas à s’identifier à son sexe biologique et se sent femme. Pour un homme transgenre, il s’agit du cas inverse.

Pour être en accord avec leur identité de genre, certaines personnes vont entreprendre une transition hormonale et/ou chirurgicale. Mais cela ne concerne pas toutes les personnes transgenres. Cette pensée du genre d’un côté, et du sexe biologique de l’autre sont issus de débats philosophiques ayant animé le XXe siècle. « On ne naît pas femme, on le devient », disait Simone de Beauvoir. « L’existence précède l’essence », disait Jean-Paul Sartre. Notre vie ne doit pas être conditionnée par notre naissance, mais est constituée de schémas sociaux et d’un vécu, supérieurs dans ce que nous sommes à notre essence première. Si l’on caricature la pensée de Beauvoir, l’on pourrait par exemple dire que les discriminations et les inégalités auxquelles sont confrontées les femmes les façonnent durant leur existence entière et sont à l’origine même de leur vécu. Leur assujettissement n’est en rien lié à la réalité biologique, à ce que signifie être une femme.

Les TERF refusent d’inclure les personnes transgenres dans le combat féministe

Opposées à cette pensée du genre, certaines féministes, communément appelées « TERF », les « trans-exclusionary radical feminists », reconnaissent le mal-être des personnes transgenres, mais refusent de les prendre en compte dans le combat strictement féministe. C’est par exemple le cas de la journaliste irlandaise Helen Joyce, autrice d’un best-seller Trans, quand l’idéologie rencontre la réalité. Si elle défend « la sécurité et le respect » pour les personnes trans, elle s’oppose à la possibilité d’être « reconnu.e comme une femme ou comme un homme en fonction de ce que l’on ressent et déclare être, et non en fonction de sa biologie ». Pour Marguerite Stern, militante initiatrice du mouvement Collage contre les féminicides :

« Être une femme, c’est quelque chose de biologique (…) Les oppressions contre les femmes sont liées à notre corps, à notre capacité à enfanter, et toutes les questions du féminisme sont liées aux corps des femmes : l’IVG, la PMA, les violences gynécologiques, le voile, le harcèlement de rue, la prostitution, le viol… ».

La question des femmes trans a également été ravivée par les compétitions sportives. Dans l’imaginaire collectif, les femmes transgenres concourant dans des équipes féminines sont considérées comme étant forcément avantagées par rapport aux autres athlètes, en raison de leur taux d’hormones, et ce même après avoir pris un traitement hormonal. Lors des Jeux olympiques de Tokyo, une femme trans a pu participer pour la première fois dans l’histoire des Jeux. Pour l’instant, il n’y a presque pas d’étude scientifique qui permettrait de dire si les femmes trans sont, ou pas, avantagées grâce à leur traitement hormonal, par rapport à leurs concurrentes. Pourtant, malgré le manque de preuves scientifiques, le débat a été réapproprié maintes et maintes fois par l’extrême droite (Valeurs Actuelles avait fait une Une dédiée au « délire trans »), et est resté dans l’opinion publique.

Les transactivistes militent pour une convergence des luttes

Cet été, au mois d’août, le Planning Familial a partagé une affiche représentant un couple trans, avec comme légende : « au Planning, les hommes aussi peuvent être enceints ». Ce flyer a suscité un tollé général, et le Planning a été la cible de nombreuses attaques, émanent notamment de la droite et de l’extrême droite. Marguerite Stern et Dora Moutot, créatrice du compte Instagram « t’as joui » ont par ailleurs adressé à Élisabeth Borne une lettre pour lui faire part de la « dérive idéologique » du Planning familial. Rappelons d’ailleurs que ces deux militantes sont, depuis, la cible de cyberharcèlement.

Les transactivistes, ou féministes « inclusives » et « intersectionnelles » soutiennent quant à elles que les femmes trans sont des femmes, et qu’elles doivent être traitées comme telles, du fait de leur expérience personnelle. Ces dernières militent pour une convergence des luttes et cherchent à intégrer le vécu des femmes trans dans leur combat, en raison des discriminations et inégalités, également connues des femmes trans. Juliet Drouar, militant.e féministe, définit par exemple les femmes et les femmes trans comme des « personnes sexisées », car « concernées par le sexisme et la domination des hommes cis-hétéro ». Camille Lextray militante du collectif Collages contre les féminicides, temporise, dans une interview accordée à Marianne et évoque une « théorie du complot, une chimère cherchant à faire croire que les hommes cherchent à infiltrer les milieux féministes et LGBT pour agresser des femmes en se faisant passer pour des trans ».

Cet article vous a plu ? Vous pouvez lire notre analyse des sujets qui divisent les féministes sur Celles qui Osent.

Bonne lecture !

Victoria Lavelle pour Celles qui Osent

Celles qui osent instagram
À ne pas rater !
Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter !

 

☕️ Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque semaine !

Adresse e-mail non valide
En validant votre inscription à notre newsletter, vous acceptez que Celles qui osent mémorise et utilise votre adresse email dans le but de vous envoyer chaque semaine notre lettre d’information. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide du lien de désinscription ou en nous contactant via le formulaire de contact.
2 Comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter… 💌

👉  Et découvrez une actu décryptée en exclusivité pour nos abonné·e·s chaque mois !

Merci pour votre abonnement !