Interview Amelle Zaïd, de la presse people à la radio

Animatrice radio sur Mouv’ dans Débattle, journaliste depuis plus de 10 ans pour la presse écrite, la télévision, et la radio, Amelle Zaïd est une femme naturelle, spontanée, à l’esprit « pop-corn » un peu décalée. Celles qui Osent l’a rencontré alors qu’elle revient tout juste du Maroc, son « haut lieu énergétique », près du mont Atlas, “là où les mots et les choses résonnent différemment.” À 38 ans, celle qui ose être profondément libre explore son « féminin sacré », cheminement qu’elle partage dans son podcast Spiritualista. Celle qui adore « rire et faire rire » possède aussi un humour ravageur et une délicieuse spontanéité ! 

Amelle Zaïd : de la presse people à la radio 

Des rêves de magie télévisuelle…

Amelle Zaïd naît un 26 novembre neigeux, en 1982, à Saint-Étienne, ville minière sombre et enclavée. « Je n’avais pas de bonnet de naissance alors on m’a mis une chaussette en laine sur la tête : une arrivée sans style, mais avec humour ! »”

Issue d’une famille modeste, de parents ouvriers, elle a été la première de sa famille à avoir le baccalauréat, littéraire, « le langage mathématique ne me parlait pas du tout. » Amelle possède des origines méditerranéennes : son père marocain et sa mère algérienne. Elle ressemble énormément à sa petite sœur, Ilhem, greffière au prud’homme de Bobigny, avec qui elle a créé une chaîne Youtube Amelle et Ilhem, dans laquelle elles parlent bien-être et beauté au naturel. Les deux frangines s’adorent, même si elles sont très différentes, « elle est un carré, moi je suis un rond »

Sur leur chaîne, elles donnent des conseils à leurs 24K abonnés pour être belle, forte et en bonne santé, les sensibiliser au sans-sucre, des cures de jus aux jeûnes intermittents… 

Passionnée de développement personnel, Amelle encourage les femmes à se connecter à leurs corps, à questionner la façon dont elles s’alimentent. « La nourriture est étroitement liée à la sphère émotionnelle, au rapport à la mère, au stress, au réconfort aussi. » 

Après son baccalauréat, Amelle Zaïd part faire des études de communication des médias à Lyon, et commence à faire des stages dans des radios locales comme Radio Espace. Jeune étudiante, elle rêve de « magie télévisuelle » : travailler en boîte de production pour créer des contenus pour les émissions de divertissement. 

« J’adorais regarder la télévision. Enfant, il n’y avait pas internet, et la TV c’était un peu ma meilleure amie. » Biberonnée aux émissions comme Une Nounou d’enfer, le Club Dorothée, le Cosby Show, Amelle rêve de paillettes et aime faire le show !amelle-zaïd-enfant-histoire-cellesquiosent-CQO

La désillusion de la TV

Amelle Zaïd est devenue journaliste par hasard, au gré de rencontres. 

Sa Licence en poche, elle décroche un stage chez M6 à Paris, boulevard Charles de Gaulle. Elle réalise son rêve… mais c’est la douche froide : « Je débarque dans un nid de vipères, où il n’y a que des personnes issues des grandes écoles de journalisme ou de Sciences Po. Je suis considérée comme la paysanne mal dégrossie, le fait dêtre rebeue aussi ça ne m’a pas aidé. J’ai dû faire face à de la méchanceté ». Totalement ostracisée, elle se crispe tellement que son corps développe une hernie discale sévère malgré les anti-inflammatoires. Bloquée du dos, elle doit rentrer sur Saint-Etienne pour se reposer. Elle décide d’oublier pour un temps les boîtes de prod’, et s’intéresse alors à Internet et aux médias digitaux. Elle revient sur Paris, poursuit des études à la Sorbonne en information et communication des médias, et intègre une école de média training. 

Le directeur de l’école la convie à un dîner du Club Averroès, une structure fondée en 1997, regroupant les professionnels des médias et du spectacle pour promouvoir la diversité. Ce soir-là, le Big Boss de Prisma Presse, ancien PDG d’Hermès, présente l’évolution de ses nouveaux médias, et sa volonté de développer les sites Internet de Gala et Voici. Elle s’installe par hasard en face de Fabrice Boé, sans le connaître. « Peu importe qu’ils soient connus, influents ou non, je m’adresse de la même façon aux gens. » Elle lui pitche une idée qui le séduit immédiatement : « Stress et paillettes consisterait à ce qu’une stagiaire demande directement aux people des scoops sous peine d’être virée. » »

Voici Amelle : l’entrée dans la presse people

Elle sait comment parler à une caméra. « C’est l’ADN de Voici d’être irrévérencieux. » Engagée, elle apprend à écrire des articles, l’édition, le montage, aussi. « J’ai eu la chance de travailler avec Christophe Carron qui m’a beaucoup aidé. Grâce à lui, j’ai pu développer un style en gardant ma personnalité. » Elle aime rejoindre « sa bande de potes », les faire rire, tout en faisant un travail de qualité. Elle enchaîne les contrats, mais une rupture amoureuse va interrompre son ascension professionnelle. Elle doit quitter Paris, lieu de tous ses souvenirs amoureux, puis retourne vivre chez ses parents, à Saint-Étienne, à 27 ans. Reset. Elle veut travailler dans la communication au Maroc, mais elle réalise que c’est un idéal irréalisable. 

Quand on lui propose de rejoindre de nouveau la rédaction de Voici, elle accepte immédiatement, et revient donc à Paris. Elle prend confiance en elle, commence à écrire pour de nouveaux magazines tels que les Inrocks, Grazia… « L’année où je fais de la télévision, sur France 4, la vie me casse un peu mon délire, car j’apprends que ma maman à un cancer du sein. ». En direct à la TV, elle vit son rêve de paillettes, mais au fond d’elle, elle pense à sa mère qui fait ses chimios. Elle réalise alors que « La mort, c’est un concept qui existe. » Elle veut comprendre pourquoi c’est si dure à gérer. 

Spiritualista, son podcast spirituel

Elle s’intéresse alors à la mort, au monde de l’invisible, à ce concept décrit dans les textes sacrés, à ce que racontent les gens qui ont vécu une mort imminente par exemple. Elle se découvre une âme de chercheuse, se passionne pour la physique quantique, l’ethnologie des religions. « Ce n’est pas farfelu, c’est réel. Notre corps physique meurt, mais pas notre âme. La mort est très diabolisée dans nos sociétés, moins en orient. Pendant un voyage à Bali j’ai découvert comment ils gèrent la mort. Ça a fait péter des verrous dans ma tête ! Ils s’habillent en couleur, chantent, mangent des gâteaux. Pour eux, la mort c’est une fête. C’est joyeux, c’est juste un passage d’un portail à un autre. » Ce n’est plus tabou pour elle. Avec des copines, elle va d’ailleurs bientôt organiser ses propres obsèques. Elle souhaite enterrer « toutes mes limitations, toutes ces peurs qui m’entravent. “ 

Elle a dû être viking dans une autre vie…

A force de s’intéresser aux chemins d’âmes, au ‘féminin sacré’ et au développement personnel,  elle fonde son podcast Spiritualista en septembre 2020.  Pourtant, pour l’Islam, sa religion de naissance, se documenter sur l’ésotérisme, le chamanisme et les idéologies païennes c’est pas trop homologué : ‘c’est pêché, jouer le jeu du Diable.’ Pour Amelle Zaïd, personne ne peut lui interdire ses lectures ou de la connaissance.  

Elle achète un pendule, des cristaux et exploite de manière très intuitive son magnétisme et ses dons “Mon arrière grand-mère berbère soignait déjà avec les mains, c’est une partie de mon héritage…”. ‘Le guide apparaît quand l’élève est prêt.’ En faisant appel à des professionnels pour grandir et mieux se comprendre, elle travaille sur ‘sa culpabilité, sa croûte limitante’. Dans sa quête de spiritualité, elle rencontre des personnes lumineuses, des médiums, des psychothérapeutes quantiques, des chamanes ou des hypnothérapeutes. Au travers de son podcast Spiritualista, elle leur donne la parole pour en savoir plus sur ‘ces personnalités secrètes dont on s’échange souvent le nom et le numéro du bout des lèvres.’ amelle-zaïd-journaliste-animatriceradio-cellesquiosent-CQO

Devenir une mère symbolique 

Elle adore observer comment les gens interagissent entre eux. ‘Par exemple, parfois, quand je regarde des couples, je me dis que c’est tout sauf de l’amour entre eux !’ Le concept de l’amour est totalement dénaturé, la drague sur les réseaux sociaux… on est plus sur de la consommation, de la prédation. ‘C’est juste une extension du capitalisme servit sur le plateau de l’Amour. Attention je ne critique pas, je suis le cobaye de ce que je raconte. J’ai moi-même été mariée… 28 jours !’ Célibataire, en relation avec elle-même : ‘Quand on tisse un lien intime avec Dieu, on touche à l’Amour suprême, c’est si intense et beau qu’après quand tu vois ce que les êtres humains peuvent apporter c’est hyper déceptif! .’ Elle a encore de l’espoir, d’être amoureuse et d’avoir peut-être des enfants. ‘Amelle en arabe cela veut dire Espoir…’
Après son mariage, elle s’est dit qu’elle devait faire le deuil de la maternité, abandonner cette expérience de vie. ‘Là je suis peut-être sur Terre pour faire d’autres trucs que des enfants’. Récemment, elle a découvert qu’elle pouvait être mère différemment, ‘symboliquement’. La maternité symbolique, celle de construire des projets, des oeuvres d’art, des entreprises, existe : il y a plein de façon d’être mère sur cette planète ! ‘Parfois, je suis la mère de mes propres parents ! La vibration de la mère, je l’ai en moi…’ 

Quand le people se mêle à la politique 

Quand je regardais des photos de Georges Clooney, l’incarnation du mâle alpha séduisant, mon intuition semblait avoir accès à ses mémoires antérieures. J’ai souvent la capacité à voir au-delà du visible. Disons que j’ai accès à d’autres informations. D’ailleurs pendant longtemps je pensais que tout le monde y avait accès aussi!’ En partant du postulat que Georges Clooney a une ambition politique secrète, avec son amie Maëlle Brun, journaliste aussi, elles réalisent un vrai travail d’investigation et de recherche pour corroborer cette simple intuition. 

J’adore interroger les enjeux de pouvoir’.

Elles écrivent ensemble le livre George Clooney, une ambition secrète, mêlant faits people et politique. Ambassadeur pour la paix au Darfour, égérie Nespresso, il n’est pas seulement acteur hollywoodien. ‘Homme de cinéma et de publicité, George Clooney n’en est pas moins un homme de pouvoir qui a créé une toute nouvelle façon de faire de la politique. L’acteur a beau affirmer qu’il ne brigue aucun mandat électoral, il pèse en réalité sur la vie publique depuis les années 90, entre ses films défendant l’idéologie démocrate et son engagement auprès des Nations Unies et ses liens avec le CFR, un think tank à l’influence hors du réel.’  

Une femme à la charmante spontanéité 

Ses projets 2021 ? Écrire un roman sur son cheminement spirituel, Spiritualista, ou un livre drôle de développement personnel : une femme qui entamerait son chemin personnel à travers ses relations sexuelles, qu’elle appellera ‘Ma quéquette de sens’ ! Tout un programme ! La spontanéité naturelle d’Amelle Zaïd plaît, ‘Beaucoup de gens ont oublié d’être juste heureux !’

Elle souhaite aussi poursuivre sa chaîne YouTube avec sa sœur, son podcast Spiritualista, et Debattle, l’émission de libre antenne quotidienne qu’elle co anime sur Mouv’ avec Tanguy Blum et Jean-Pascal Zadi. 

Amelle Zaïd cite deux femmes qui osent : Aurélia Monaco, juriste reconvertie dans le développement personnel. Et Jalila Levesque, directrice de la communication de l’agence Fred et Farid, qui a développé une nouvelle activité révolutionnaire, Magnetic Glow, un soin du visage qui mêle magnétisme et pierres précieuses afin de régénérer les cellules. Vogue, Vanity Fair et ELLE ont déjà testé son protocole. ‘Je peux te dire que tu vois vraiment la différence dans ton miroir !’

 

Celles qui osent n’a pas vraiment envie de dire au revoir à cette femme que l’on aimerait avoir comme amie, grande sœur, voisine, maman, esthéticienne ou life coach ! Pas vous ? Pour ne pas vraiment la quitter, rendez-vous sur son fil d’actu insta, son podcast ou sa chaîne YouTube. Merci Amelle Zaïd pour ta gentillesse et ta fraîcheur. 

Violaine B — Celles qui Osent 

Related Posts
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.