La lutte des Femmes Amazoniennes contre la déforestation

De l’Équateur au Brésil en passant par le Pérou ou la Guyane française, dans chacun des neuf pays sur lesquels s’étend la forêt amazonienne, des femmes natives luttent. Elles s’opposent à l’accaparement de leurs terres et à la déforestation. On les appelle les « Gardiennes de la forêt ». Découvrez comment le combat des femmes indigènes pour l’Amazonie joue un rôle majeur dans la conservation de la biodiversité et des cultures autochtones.

Le combat des femmes indigènes pour l’Amazonie

L’Amazonie couvre près de 40 % du sous-continent sud-américain. De nombreuses communautés autochtones y vivent. La déforestation pour l’agriculture intensive ou l’exploitation minière et pétrolière est un véritable fléau pour ces populations. L’accaparement de leurs terres impacte directement leur habitat et leur mode de vie.

Depuis des siècles, les peuples natifs luttent pour conserver leurs cultures. Les sociétés indigènes n’envisagent pas de hiérarchie entre les êtres humains et la Nature. La défense de l’environnement est intrinsèque à leur vision du monde.

annonce sortie livre Patiente de Violaine Berlinguet

« Pour les indigènes, la terre est une femme, une mère. Nous en prenons soin, nous la protégeons et elle nous protège. » Puyr Tembé, activiste brésilienne.

Aujourd’hui, les femmes prennent part publiquement à ce combat. Elles ont bousculé le patriarcat et les traditions afin de trouver leur place. Les militantes ont remporté de grandes victoires.

Lien vers des formations en écriture digitale

Elles ont gagné des batailles judiciaires contre la construction de barrages au Brésil ou des projets pétroliers en Équateur.

Leurs actions ont mis fin à de nombreuses exploitations minières et forestières illégales partout en Amazonie.

Une marche historique a réuni des milliers de femmes autochtones contre la politique du président brésilien Jair Bolsonaro, en 2019. Des activistes, issues de plus de 15 ethnies, ont manifesté en tenues traditionnelles dans les rues de Brasilia. Les images de cet événement ont fait le tour de la planète. Une des leaders de ce mouvement, Sônia Guajajara, a été nommée à la tête du ministère des peuples indigènes créé par le président Lula en janvier 2023.

Ces accomplissements témoignent de la détermination des femmes natives amazoniennes à préserver leurs terres, leur culture et leur environnement. Elles portent également la défense de l’Amazonie pour le reste du monde.

🌱A lire aussi, notre article sur l’écoféminisme.

La lutte des militantes autochtones pour le climat et pour l’humanité

La forêt amazonienne a un impact capital sur la régulation du climat. Sa protection et la préservation de sa biodiversité sont des enjeux majeurs pour toute l’humanité. De nombreuses activistes indigènes parcourent le monde pour diffuser ce message. Elles tentent de convaincre les dirigeants de la planète à agir pour la sauvegarde de ce patrimoine commun.

« Le feu qui brûle l’Amazonie et les forêts du Brésil brûle aussi nos corps. » Célia Xakriabá

Txai Surui est connue pour avoir courageusement porté plainte contre le gouvernement de Bolsonaro. Surnommée la Greta Thunberg brésilienne, elle a été invitée à prendre la parole, lors de la cérémonie d’ouverture de la COP 26. L’étudiante en droit n’a pas ménagé les chefs d’État qui lui faisaient face.

« Les peuples autochtones sont en première ligne de l’urgence climatique […] Ce n’est pas en 2030 ou en 2050, c’est maintenant ! […] Aujourd’hui, le climat se réchauffe, les animaux disparaissent, les rivières meurent et nos plantes ne fleurissent plus comme avant. La Terre parle. Elle nous dit que nous n’avons plus le temps. »

Célia Xakriabá, professeure au Brésil, parcourt l’Europe avec d’autres leaders indigènes. Ils alertent le monde sur les atteintes de plus en plus graves contre la forêt. Comme le cacique Raoni, elle dénonce la déforestation, les incendies liés à l’agriculture, le trafic de bois ou l’orpaillage illégal sur les territoires autochtones.

Nemonte Nenquimo, activiste équatorienne Waorani, a joué un rôle crucial dans la lutte contre l’exploitation pétrolière dans la région amazonienne de l’Équateur et a contribué à remporter une bataille juridique historique en 2019. Le magazine américain Time l’a nommée parmi les « personnalités les plus influentes du monde en 2020 », pour saluer sa victoire contre les multinationales qui pillent l’Amazonie.

Il existe de nombreuses autres femmes natives qui défendent la biodiversité et le climat avec courage, force et charisme. Elles sont des exemples inspirants de résistance face aux défis auxquels l’Amazonie et l’humanité sont confrontées.

🌳Découvrez notre article sur les femmes visionnaires en matière de risques environnementaux.

La défense de la forêt amazonienne, une bataille dangereuse pour les femmes natives

Les femmes autochtones, qui luttent pour la préservation de la forêt, la sauvegarde de leur identité culturelle et leur mode de vie, sont exposées à de nombreux risques.

Elles sont souvent confrontées à des actes de violence et d’intimidation de la part de ceux qui cherchent à exploiter les ressources naturelles de l’Amazonie. Ce combat peut mettre en danger leur sécurité et celle de leurs communautés.

Après son discours à la COP 26, Txai Surui a reçu des menaces de mort. Elle reste cependant déterminée à poursuivre la lutte pour la défense des terres indigènes.

D’autres l’ont payé de leur vie comme Nilce de Souza Magalhães. Cette activiste brésilienne qui résistait contre la construction de barrages, disparaît en 2016. Son corps a été retrouvé dans la région où elle conduisait des actions de protection environnementale.

« Nous sommes victimes d’attaques menées par l’agrobusiness, par des gens qui nous envahissent. 20 000 chercheurs d’or dans le nord, qui détruisent la forêt, qui violent les femmes… et ça n’est pas une guerre ? Nous sommes victimes d’une guerre invisible. » Txai Surui

Les militantes qui s’opposent à la déforestation font également face à des tentatives de criminalisation de leurs activités. Les autorités ou les entreprises peuvent les accuser de délits ou de troubles à l’ordre public pour les réduire au silence et discréditer leur travail.

Au Venezuela, l’activiste indigène Lisa Henrito a été accusée de « haute trahison » par un responsable militaire en 2018. Elle a bénéficié du soutien d’Amnesty International pour éviter la prison.

Au cours des dernières décennies, les femmes amazoniennes sont devenues des actrices majeures de la protection de l’environnement et des droits humains. Elles font face courageusement à de nombreux défis et menaces pour la sauvegarde de la Nature. Leur combat est essentiel pour la préservation de leurs terres et de leurs cultures, mais aussi pour l’humanité. Bien qu’elles aient gagné d’importantes batailles, la forêt est toujours attaquée et en grand danger. La communauté internationale se doit de soutenir leurs efforts pour la conservation de la biodiversité et du climat. Tout comme individuellement, nous devons œuvrer pour la sauvegarde de l’Amazonie et contre le dérèglement climatique.

« J’écris parce que les incendies font toujours rage, les compagnies pétrolières polluent toujours nos rivières, les mineurs pillent toujours l’or, comme depuis 500 ans, laissant derrière eux boues et déchets toxiques, les arbres sont toujours coupés pour faire paître du bétail qui vous nourrit. » Extrait d’une lettre de Nemonte Nenquimo à l’attention des 9 dirigeants des pays qui partagent l’Amazonie, dont Emmanuel Macron.

🐝Pour agir pour la Terre : Guide de l’ONU à l’attention des paresseux qui veulent sauver la planète

Nous vous invitons à suivre le projet de série documentaire de deux étudiantes françaises. En cours de réalisation, il raconte le quotidien, la conception de la vie et les combats de femmes indigènes au sein de leur communauté en Amazonie. https://www.facebook.com/ellas.womenofamazonia

 

Découvrez également l’organisation cofondée par Nemonte Nenquimo : https://www.alianzaceibo.org/

 

Julie Rogier, pour Celles qui Osent

 

Sources :

Nations Unies :

https://news.un.org/pt/story/2021/11/1768902

https://news.un.org/pt/interview/2023/06/1815437

Amnesty International :

https://www.amnesty.org/fr/documents/amr53/8851/2018/fr/

https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2018/11/the-deadly-cost-of-defending-the-environment/

Franceinfo : https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/bresil-les-ecologistes-frequemment-assassines-en-amazonie_3452169.html

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/l-etoile-du-jour/walela-surui-24-ans-attaque-en-justice-le-gouvernement-du-bresil-pour-inaction-climatique_4356681.html

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/l-etoile-du-jour/nemonte-nenquimo-cheffe-des-waoranis-en-equateur-sacree-par-time-parmi-les-100-personnalites-les-plus-influentes-du-monde_4121943.html

Time magazine :

https://time.com/collection/100-most-influential-people-2020/5888337/nemonte-nenquimo/

Radio france:

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/le-zoom-de-la-redaction/generation-greta-celia-xakriaba-l-amazonie-dans-le-sang-6476275

Paris match :

https://www.parismatch.com/Actu/International/Au-Bresil-la-marche-des-femmes-indigenes-contre-la-politique-genocidaire-1642105#1

Celles qui osent instagram
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez Celles qui osent ?

Suivez la newsletter… 💌

👉  Et recevez nos épisodes de podcast et nouveaux articles chaque mois !

Merci pour votre abonnement !