Clara Scremini, portrait d’une galeriste spécialiste du verre

Clara Scremini nous accueille un lundi matin, jour de fermeture de la galerie. Installée au 99 rue Quicampoix dans le IIIème arrondissement de Paris, Clara est galeriste depuis ses 24 ans. Née en Urugay et ayant la nationalité anglaise, sa carrière ainsi que sa passion pour le verre et les voyages inspirent et font de Clara un personnage fascinant. Elle nous a raconté ses débuts et ses séjours en Europe et nous a parlé des artistes qu’elle admire et expose à Londres ou à Paris depuis plus de cinquante ans. 

La genèse d’une passion pour l’art

Clara Scremini est née à Montevideo en 1939 dans une famille cultivée lui ayant transmis le goût des oeuvres d’art. Toute petite, elle développe une curiosité et un intérêt pour la découverte de l’inconnu, l’acquisition de nouvelles connaissances et la culture. Après le lycée, elle choisit de suivre les cours de l’école des Beaux-Arts de Montevideo contre l’avis de ses parents, toutefois compréhensifs, qui la laissent faire. À l’époque, les Beaux-Arts étaient emprunts d’idéologie communiste et l’enseignement y était très politisé : Clara n’y resta qu’une année. En 1957, elle se forme durant trois ans auprès de l’artiste Horacio Torres-García. Peintre de renom, il accueille Clara dans son atelier de Montevideo où il lui apprend la peinture. Depuis, elle n’a jamais cessé de peindre mais ne parle pas publiquement de ses oeuvres. Ses peintures constituent son « jardin secret », qu’elle crée dans sa maison de Fécamp, en Normandie.  

À 17 ans, Clara quitte l’Uruguay pour Madrid. Elle n’y retournera pas et fera toute sa vie en Europe, entre l’Espagne, l’Angleterre et la France. 

Je n’appartiens à aucun pays, je dirais plutôt que je suis universelle. Je suis née en Uruguay mais après toutes ces années passées en Europe j’ai obtenu la nationalité anglaise. J’ai appris beaucoup de choses quand j’étais étudiante en Uruguay auprès de Torres-García. C’est là que j’ai développé ma curiosité et mon goût du beau. Plus tard, j’ai énormément appris en Europe.

Après un passage à Madrid, Clara intègre en 1968 la Central School of Art and Design de Londres au sein de laquelle elle étudiera trois ans. Trois années qu’elle décrit comme « des vacances ». 

La Central School of Art and Design, c’était les seules vacances de ma vie. J’ai bénéficié d’une excellente formation en Uruguay, auprès de Torres-García, un artiste de renommée internationale. J’avais tellement étudié l’histoire de l’art auparavant que j’ai vécu une existence tranquille pendant ces trois ans. J’ai terminé l’école avec les meilleures notes et mes professeurs m’ont dit que j’avais été acceptée au Royal College of Arts de Londres, ce à quoi j’ai répondu : non merci, j’ai déjà eu trois ans de vacances ! J’ai trouvé un emploi en tant que directrice de la communication chez Michael Joseph, une maison d’édition anglaise, et j’ai quitté l’école. 

De la peinture au verre

C’est par hasard que Clara est devenue passionnée de verre. Alors qu’elle se promenait dans Londres, elle est tombée sur une coupe de la maison Lalique, fondée par le maître verrier et joaillier René Lalique. Elle paya cinq livres sterling ce qui en valait 10 000 et se mit à collectionner des objets et sculptures en verre. Clara développe un intérêt particulier pour le verre art déco et art nouveau des années 1930. Après un passage dans le monde de l’édition, elle ouvre sa première galerie à Londres, Cobra, alors qu’elle a seulement 24 ans. 

C’était vraiment un accident. J’ai vu dans la vitrine d’un brocanteur londonien une très belle coupe en verre. Je rentre, je demande au brocanteur l’origine de cet objet et il me répond « Lalique », une maison que ma mère connaissait et dont elle avait certaines choses. Je l’ai acheté pour très peu cher puis je l’ai vendu. Plus tard, j’ai collectionné les flacons de parfum Lalique et j’ai tout vendu. Je ne m’attache pas beaucoup aux objets. Les choses sont de passage avec moi. Peut-être est-ce dû à ma formation de galeriste, comme je m’habitue à voir défiler de très beaux objets.

Après une dizaine d’années passées à Londres, Clara quitte l’Angleterre pour Paris. Elle fonde une galerie à son nom en 1980, rue de Charonne, où elle a exposé l’artiste anglaise Tessa Clegg, une de ses découvertes. 42 ans plus tard, Clara travaille toujours à Paris. Elle a déménagé sa galerie rue Quincampoix, où elle est installée depuis presque 30 ans. 

La galerie Clara Scremini, 99 rue Quicampoix 

La galerie de Clara n’est pas très grande, mais elle est lumineuse, ce qui est essentiel quand on expose des oeuvres en verre. Il s’agit d’un endroit discret, entouré d’autres galeries et à deux pas du Centre Pompidou, l’un des musées préférés de Clara, même si elle aime aussi beaucoup le Musée des Arts Décoratifs et admire Jean-Luc Olivié, le conservateur du département du verre.

gallery-clara-scremini-celles-qui-osent-CQO

 

En moyenne, la galerie Clara Scremini organise jusqu’à neuf expositions par an et expose souvent deux artistes en même temps. En ce moment, ce sont les vases en verre de Joseph Divin et les collages en papier de Ricardo Bloch qui sont mis à l’honneur. On retrouve un usage des couleurs vives chez les deux artistes, et les courbes des vases de Divin contrastent avec les papiers droits et découpés de Bloch.

Quand on demande à Clara ce qui fait d’elle une bonne galeriste et comment elle parvient à faire cohabiter des oeuvres différentes au sein d’un même espace elle répond : « le regard ». 

Ma vie professionnelle est faite de curiosité, de rencontres. C’est mon regard qui me guide. J’ai un regard très strict, très rigoureux. Mon regard, c’est la révolution de ma vie. C’est ce qui m’a permis de passer d’artiste à galeriste : tout est dans le regard. Si vous faites de la peinture, vous avez forcément un regard. Si vous choisissez une oeuvre pour l’exposer, vous avez un regard aussi. Pour moi, c’est presque la même chose.

Clara a fondé sa première galerie très jeune, a beaucoup voyagé, s’est battue pour exposer des artistes qu’elle admire, à l’instar de Martin Hlubucek, un artiste tchèque qu’elle a découvert et avec lequel elle a travaillé à plusieurs reprises. Ses conseils pour réussir dans le milieu de l’art ? « Du courage, de la curiosité et de la persévérance ». 

Ce que je préfère dans mon métier, c’est découvrir de nouveaux artistes. Ce qui me plaît moins, c’est la solitude qu’on ressent quand on essaye de montrer au public la beauté d’une oeuvre. Il est impératif d’avoir une forte personnalité afin de ne pas démordre de ses convictions et de transmettre sa vision de l’excellence à quelqu’un qui ne connaît pas la matière du verre, qui ne sait pas faire la différence entre un vase pour mettre des géraniums et un vase que l’on expose…

Quand on rencontre Clara, on perçoit très vite son enthousiasme pour les artistes et les objets qu’elle montre dans sa galerie. Elle a dédié toute sa vie au verre et continue, du haut de ses 82 ans et de sa grande vivacité d’esprit, à le faire. Elle a un côté démiurge et passionné qui semble la différencier du reste des acteurs influents du marché de l’art, auxquels elle a du mal à s’identifier. 

Avant, le marché de l’art était un lieu de rencontres où il y avait une réelle ébullition : les artistes se rencontraient, discutaient ensemble, créaient des mouvements. Aujourd’hui, c’est devenu un véritable commerce. Moi, je choisis les oeuvres, je les montre, j’explique et les gens achètent. Je ne vends pas : ce sont les particuliers et les musées qui achètent !

La galerie de Clara Scremini est ouverte du mercredi au samedi, de 15 à 19h. Vous pouvez y retrouver les oeuvres de Joseph Divin et de Ricardo Bloch. En septembre, Clara exposera les tableaux de Anne-Lise Riond-Sibony et les vases et sculptures de Martin Hlubucek. 

 

Victoria Lavelle pour Celles qui Osent

tipeee-celles-qui-osent

Articles similaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.