L’interview des fondatrices d’un soin intime : Baûbo

Celles qui Osent a eu la chance de rencontrer Bethsabée Krivoshey et Cécilia Capece, deux amies parisiennes fondatrices de Baûbo, une marque qui révolutionne notre intimité. « On était copines avant d’être associées ! ». Cécilia était directrice d’un cabinet en conseil aux entreprises. Bethsabée était journaliste spécialisée dans la sexualité en presse féminine (Grazia, Glamour) pour la rubrique Amour&sexe, avant de travailler pour les pages culture de Vanity Fair. « Tout le monde ne sait pas parler de sexe et aborder ce sujet sans être vulgaire. » Un jour, elles ont osé briser les tabous en inventant un produit pour faire du bien aux femmes : un soin pour vulves. Entrez avec Celles qui Osent dans l’intimité d’une conversation très inspirante avec Bethsabée ! 

Oser lancer une marque de soin…pour vulves 

« À la base, c’était vraiment juste une idée farfelue, évoquée lors d’une soirée arrosée… » 

En 2015, Bethsabée rencontre l’Amour, « et comme tous les débuts, j’étais à fond, on  faisait beaucoup l’amour, presque trop pour ma vulve, irritée. Frustrée que mon corps me mette une barrière physique, j’avais besoin d’une crème apaisante pour cette partie-là de mon anatomie. » Elle a alors l’idée d’un soin intime différent « après l’amour et tous les jours ». Celle qui adore l’univers du cosmétique se met à élaborer elle-même la première formule de son baume pour vulve. Conçue avec peu d’ingrédients, sa recette est efficace et gynécologiquement validée. 

Malgré sa puberté tardive, Bethsabée se qualifie elle-même de « précoce » « j’ai toujours été un peu obsédé par les mecs, le sexe, etc. » Rires. Bethsabée parle d’intimité ouvertement avec une grande facilité. « On ne cite jamais le mot vulve. On dit chatte, c’est plus global, alors que la nommer est important. Les tracas liés à notre vagin sont encore tabous. Il est temps de se réapproprier cette zone et d’inventer un autre rapport quotidien à son sexe ! » 

Son amie Cécilia, « un peu en quête de sens », adhère immédiatement au concept du Baume après l’amour, et lui propose alors de se lancer dans la grande aventure de l’entrepreneuriat féminin, éthique et français. Elles réalisent qu’il n’existe pas sur le marché un soin bio et naturel pour soulager les irritations après une relation sexuelle, une journée en jean slim, les règles, le vélo, la ménopause… c’est ainsi que Baûbo est née ! [Prononcez : ba-o-bo]   

« Dès le début de notre aventure, nous avons mené une enquête indiquant que 93 % des femmes interrogées avaient déjà ressenti une gêne après l’amour. Si le vagin s’autorégule et s’autonettoie, de nombreux facteurs peuvent altérer nos parties intimes. Stress, colorants dans les sous-vêtements, protections hygiéniques, savons abrasifs, frottements, maladies… » 

Avec leurs argents personnels, elles lancent leur marque. « Nous sommes les premiers cobayes de nos produits. Certaines réactions des femmes ont été mitigées au début. On savait qu’il y allait avoir un travail pédagogique, culturel voir éducatif à faire. » 

baubo-produits-celles-qui-osent

Baubô : un mythe et le nom de la marque

Bethsabée avait étudié le mythe Baubô à l’école. « Je trouve cette histoire révélatrice d’une vérité universelle : la force du rire et la sexualité font tourner le monde. » Tantôt servante, reine ou encore déesse de la mythologie grecque, l’histoire de Baubô nous rappelle la force positive de la sexualité féminine, l’importance de la joie et le pouvoir guérisseur de la vulve.

Quand Baubô rencontre la déesse de l’agriculture et des moissons Déméter, à Éleusis près d’Athènes, cette dernière est désespérée par la disparition de sa fille Perséphone. Accueillie chez Baubô, Déméter déprimée refuse toute nourriture et boisson, entraînant dans sa tristesse la sécheresse de tout le pays.

Boute-en-train pleine de sagesse, Baubô chuchote un secret bien gardé à l’oreille de Déméter, puis lève sa tunique d’un coup, dévoilant son sexe. Surprise, Déméter éclate de rire, puis accepte enfin de boire — et dans ce geste renaît avec elle le cycle des saisons.

Baubô, par sa parole grivoise et secrète et son geste parfaitement libre et indécent, a su sortir la déesse de sa torpeur et restaurer ainsi l’équilibre du monde.

Depuis représentée en femme-vagin grotesque et attachante, un visage sur le buste et une vulve pour bouche, Baubô est notre « folle sacrée », guérisseuse et amuseuse ancestrale.

Les Mystères d’Éleusis, dans le temple de Déméter, célèbrent longtemps Baubô, incitant les femmes à vivre joyeusement, danser, se libérer sexuellement et envisager la mort sans crainte dans le grand cycle de la vie.  

Des soins intimes efficaces

Trois sortes de baumes : vulve, infini et canon

Les deux associées souhaitent avant tout créer des produits qui fonctionnent, pour le bien-être des femmes et de leur entourage. 

Le Baume s’applique localement sur la vulve à la moindre gêne, due à une activité sexuelle, sportive, un changement hormonal ou autre ! 

Elles proposent trois types de produits : 

  •  le baume pour la vulve (leur best-seller) un soin sain 100 % naturel et 100 % biologique pour les vulves sensibles, irritées, actives, apaisées ;
  •  le baume infini, soin universel multi-usage, bio et écologique, qui remplace tout le superflu de nos salles de bain dans un seul pot. Il hydrate intensément les sécheresses du visage, du corps, des cheveux… Pour les peaux sensibles, matures, bébé, et même les barbes ;
  •  le baume canon, un soin corps qui s’applique sur les poitrines, ventres et fesses pour rafraîchir et tonifier. Il redonne galbe et tonus à nos formes, et booste notre confiance en nous !

Le Baume et le Baume Infini ont une odeur très brute, qui passe rapidement après application. L’émulsion du Baume Canon a une légère odeur de plantes et d’agrumes, qui varie selon les peaux. Huileux, Le Baume n’est pas compatible avec l’usage du préservatif. Chaque produit dure généralement entre 3 et 6 mois. Toutes leurs formules peuvent convenir en cas d’allaitement ou de grossesse.

Inclusifs, les packagings possèdent également une pastille Braille « afin que les personnes non voyantes soient complètement autonomes chez elles dans l’utilisation de nos soins. »

Baûbo : la volonté d’être meilleur pour le monde

Respecter l’humain

Les deux femmes souhaitent construire une société respectueuse de l’humain et de leurs salariés. « BAÛBO est B Corp, le label des entreprises qui utilisent leur force pour mettre en place une économie plus inclusive et durable. Fondé en 2006 aux États-Unis, le label B Corp réunit, dans plus de 60 pays, des entreprises qui veulent réconcilier le but lucratif (for profit) et l’impact positif sur la société ou la planète (for purpose). Les entreprises labellisées B Corporation sont de toutes tailles et tous secteurs : elles ont en commun de chercher, via leur modèle économique, non pas à être les meilleures au monde, mais bien les meilleures pour le monde. »

Avoir un minimum d’impact pour l’environnement

« La question de la pollution planétaire à cause du plastique est alarmante et nous concerne tous. » Les fondatrices souhaitaient que les produits de la marque aient un minimum d’impact sur l’environnement. Le packaging est écoconçu à 90 % en verre recyclé. Les étuis des baumes de Baûbo sont tous en papier labellisé FSC et sont entièrement pensés pour avoir un impact minimum sur la planète. 

Des soins féministes…

« Au-delà de vouloir une égalité de traitement et de droits entre les femmes et les hommes, en faisant un baume pour la vulve, nous avons bien conscience de s’attaquer à un sujet tabou qui peut parfois gêner, voire déranger. Or, nous sommes 52 % sur cette planète à avoir une vulve ! Il est grand temps d’en prendre soin et de la cajoler, comme elle le mérite. » 

… et éco conçus

Ingrédients sains, 100 % naturels, bio, efficaces : des huiles vierges biologiques, non raffinées par des solvants. Sans paraben, sans alcool, sans parfum, sans aluminium, sans conservateur de synthèse, sans silicone, sans sulfate et sans OGM ! Leurs produits sont certifiés biologiques par Ecocert Greenlife.

 « Nous sommes éco responsables, car toute notre chaîne de production a été pensée en conséquence : nous utilisons les premiers pots cosmétiques au monde 100 % recyclé et recyclable, nos fabrications sont made in France et nous avons à cœur la qualité et la réduction au maximum de l’empreinte carbone de nos produits. »

 Les deux femmes mettent un point d’honneur à être totalement transparentes sur la composition (acides gras essentiels, vitamine E, bêta-carotène, puissant actif antioxydant…)

Made in France

Les baumes sont fabriqués dans un laboratoire en Île-de-France. « Nous avons mis du temps à trouver notre laboratoire, des gens qui prennent au sérieux et comprennent notre concept. Nous privilégions les fournisseurs et artisans français afin de favoriser les savoir-faire et de limiter notre empreinte carbone. » 

Tous les produits Baûbo sont testés dermatologiquement et gynécologiquement.

L’engagement auprès de Gynécologie Sans Frontières

« Nous avions envie de faire davantage pour le bien-être des femmes sur la planète. Depuis 25 ans, Gynécologie Sans Frontières œuvre pour la santé des femmes, avec pour objectif de respecter la dignité humaine et de promouvoir la santé de la femme dans le monde. Les problèmes abordés par ces sages-femmes, médecins, infirmiers concernent la périnatalité, les souffrances médicales, les violences conjugales et sexuelles, la discrimination ou encore le statut de la femme dans la société. Pour chaque baume Baûbo acheté, 2 % sont reversés à Gynécologie Sans Frontières ! »  

Bethsabée, une femme qui ose

Bethsabée vient récemment d’oser “ accoucher sans péridurale. J’ose aussi sortir un baume cul… pour le cul. C’est assez risqué, non ? Sinon, je me suis mariée en Argentine à 20 ans… et j’ai mis 10 ans de procédures pour divorcer ! Il ne fallait peut-être pas oser ce jour-là…”

Et les femmes qui osent pour elle ? « Mashasexplique, qui a eu un enfant à 19 ans et l’allaite encore, ose parler de cul ou de libido avec une approche assez moderne.  J’adore aussi la créatrice du podcast Mortel, qui lève le tabou autour de la mort. Lauren Bastide est vraiment géniale dans ce qu’elle ose ! Et évidemment Camille de Jemenbatsleclito, une mega star maintenant ! » 

 

Les baumes Baûbo sont aujourd’hui vendus partout dans le monde. Actuellement, les deux entrepreneuses lancent un nouveau soin, anal. Dans le futur, Bethsabée envisage de développer un lubrifiant bio. Celles qui Osent, si vous avez besoin de vous outiller avant l’été “Sea sex and sun”, allez-y 

Violaine B — Celles qui Osent 

Articles similaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.