Cette semaine je suis vraiment ravie de vous proposer un excellent article rédigé par Cécile Roques, une rédactrice de talent (et auteure publiée s’il vous plaît) qui va vous parler des 12 superpouvoirs que les chefs d’entreprise envient aux mères de famille. Je vous laisse vous régaler avec son texte et vous dis à très bientôt pour un prochaine article. Marie 

 

Vous êtes mère de famille (ou père) et vous réfléchissez de plus en plus sérieusement à devenir chef d’entreprise. Oui, mais voilà que les questions et les doutes s’installent. Allez-vous savoir relever le défi de la création d’entreprise ? Aurez-vous les qualités d’un bon dirigeant ? Comment acquérir les compétences pour gérer une entreprise ? Ok, on se pose deux minutes et on respire profondément. Voilà. Et si on vous disait qu’en tant que mère de famille vous avez déjà des superpouvoirs dignes des meilleurs chefs d’entreprise ? Promis-juré, à la fin de cet article, vous aurez le moral boosté à la kryptonite !

1. Une organisation en béton armé

Rien qu’aujourd’hui, vous avez dû jongler entre les vœux sur Pourcoursup de votre aîné, l’exposé sur la Grèce antique de la plus jeune, votre journée de travail, le repas du soir, l’échéance des impôts, et l’achat d’un cadeau d’anniversaire pour votre belle-mère. Ce genre de journée, ça vous dit quelque chose ?

Gérer une organisation familiale, c’est comme gérer une entreprise : vous devez enchaîner les tâches en mode agile, tenir des échéances, assurer une surveillance de vos stocks ou encore gérer la logistique à flux tendu. Système de classement, listes aimantées sur le frigo, carnet au fond du sac à main, rappels automatiques… tout cela repose sur une organisation millimétrée, dont vous seul(e) avez le secret.

Vous pensez que ça ne vaut rien ? Détrompez-vous. Remplacez le stock de pâtes par des matières premières et l’anniversaire de votre belle-mère par une visio-conférence avec un prospect. Bref, vous avez saisi l’idée.

 

2. Un mode multitâche à toute épreuve

Vous en connaissez beaucoup des gens qui sont capables d’expliquer le théorème de Pythagore, tout en reprisant une chemise ? C’est ce que l’on appelle être multitâche.

Évoluer en mode « couteau suisse » est une aptitude que l’on développe très rapidement lorsque l’on devient parent. Et même si vous ne vous en rendez pas compte, là tout de suite, c’est une compétence essentielle pour devenir chef d’entreprise (car oui, vous êtes un futur chef d’entreprise).

Marketing digital, relation client, comptabilité, etc. Votre cerveau va devoir jongler entre différentes missions au cours d’une même semaine (parfois, au cours d’une même journée). La bonne nouvelle, c’est qu’il est déjà habitué à cette petite gymnastique.

 

3. Une résistance impressionnante au manque de sommeil

Un jour, j’ai découvert que j’avais un superpouvoir. Je m’en souviens très bien, ma fille venait de sortir la varicelle (Ah… la varicelle). Elle passait ses nuits littéralement collée à moi, m’empêchant de dormir plus de 5 minutes d’affilée. Et au petit matin, je me levais, la laissait aux bons soins de son père et embrayais sur une journée de 8 heures, sans sourciller. À cette époque, j’ai compris que la marmotte que j’avais toujours été s’était transformée en une super-héroïne du quotidien. J’étais devenue une mère de famille.

Cette capacité à se passer de sommeil (ou à se contenter de peu) va vous être bien utile lorsque vous aller devenir chef d’entreprise. Il ne faudra évidemment pas en faire une habitude, mais désormais VOUS SAVEZ que vous êtes capable d’enchaîner une journée, malgré une nuit agitée. Et cette simple information est déjà un superpouvoir en soi. Si, si.

 

4. Une insensibilité incroyable au bruit

On en parle du bruit ? Oui, allez on en parle. Du mobile suspendu au-dessus du berceau jusqu’à la console de jeu installée dans le salon, à partir du moment où l’on a des enfants, le bruit s’installe dans notre vie. À cela s’ajoutent les pleurs, les cris, les chamailleries, etc. Un bon petit cocktail qui rendrait fou n’importe quel maître zen.

Un joyeux brouhaha, que vous réussissez à tenir à distance et qui ne vous empêchera pas de rédiger le mail pour l’association de parents d’élèves, ou d’entamer le remplissage de cette satanée déclaration d’impôts.

Un jour, c’est sûr, le monde appartiendra à ceux qui savent faire abstraction du bruit environnant pour se focaliser sur des projets de la plus haute importance (comme sauver l’humanité ou rédiger le business plan d’une entreprise). Votre chance, c’est de faire partie de cette catégorie.

 

5. Un solide ancrage dans le réel

D’accord, vous ne savez pas (pas encore) établir un plan de financement ou estimer le montant des charges d’une future entreprise. En revanche, votre métier de parent vous a doté d’une compétence inestimable : la connaissance du terrain. Vous connaissez le prix des choses. Vous savez ce que vous seriez prêt à dépenser pour tel service ou tel produit. Certains chefs d’entreprise paient cher pour avoir ces informations.

Lorsque l’on crée son entreprise l’un des premiers exercices, est de déterminer ses buyer personas (Qui est mon client ? Où vit-il ? Quels obstacles rencontre-t-il pour satisfaire ses besoins ? Par qui est-il influencé ?). Croyez-moi, cet ancrage dans la réalité du quotidien pourrait devenir un véritable atout

 

6. Un don inné pour gérer les priorités

Vous deviez aller à la piscine, mais, après inspection des têtes, vous vous retrouvez à enchaîner les shampoings anti-poux. Non, ceci n’est pas un échec. C’est simplement une gestion maîtrisée des priorités.

On parie que vous vous souviendrez de cet exemple le jour où vous devrez reporter la rédaction de votre newsletter pour répondre à la demande urgente de l’un de vos plus gros clients ?

Prévoir des plans B et gérer les priorités sans stresser, voilà qui n’est pas donné à tous les chefs d’entreprise.

 

7. Un instinct impressionnant

Vous êtes chez vous. Les enfants sont dans leur chambre, tranquillement occupés à jouer. Tout est calme (pour une fois). Et pourtant, une petite voix intérieure vous dit que quelque chose se trame. Personnellement, j’appelle ce phénomène « le silence de la bêtise ». Et ça ne manque jamais !

Cette petite voix qui vous disait que tout ce silence était trop beau pour être vrai, c’est l’autre nom que l’on donne à l’instinct. Un sacré truc, l’instinct… Ce sera souvent votre meilleur allié dans votre future vie de chef d’entreprise. Good news : le vôtre est surentraîné.

 

8. Une créativité débordante

Oui, les chaussettes dépareillées peuvent devenir des marionnettes (de toute façon on ne retrouvera jamais leur jumelle). Oui, cette saucisse Knacki est un sourire destiné à égayer la purée de pomme de terre et à faire passer les légumes qui servent de cheveux. Oui, ce sac poubelle est une tunique-tablier pour l’atelier peinture.

Vous vous dites peut-être que ces solutions ne sont que des bricolages à base de bouts ficelles. Ne soyez pas aussi modeste. Votre créativité est une compétence précieuse, quelle que soit la façon dont elle s’exprime pour le moment. Les créatifs des agences de communication ne feraient sans doute pas mieux à votre place.

Gardez cette petite étincelle, développez-là dès que vous en avez l’occasion. Et elle s’activera comme par magie quand vous allez devenir chef d’entreprise. Un petit brainstorming pour trouver le nom de votre blog, ça vous tenterait ?

 

9. Une aptitude pour le réseautage, digne des meilleurs chefs d’entreprise

En tant que parent, il est souvent essentiel de se créer un réseau d’entraide autour de soi. Vous récupérez le fils de votre voisine chaque mardi soir, et en échange, elle gère les grèves de cantine. Vous connaissez les talents cachés de votre entourage et n’hésitez pas à les mettre en relation les uns avec les autres. Bref, vous « réseautez ».

Devinez quoi ? Lorsque vous devrez développer votre carnet d’adresses, ça sera pareil. Vous pourrez d’ailleurs vous appuyer sur les réseaux de chefs d’entreprises (qu’ils soient virtuels ou pas), qui sont de véritables tremplins. Il existe même des réseaux de femmes dirigeantes, qui soutiennent plus particulièrement les créatrices d’entreprise.

Si en plus, vous n’avez pas votre pareil pour mettre en relation des gens qui ont des problématiques complémentaires, vous risquez de très vite faire décoller votre réseau professionnel.

 

10. Une maîtrise absolue de la négociation

S’il y a bien une chose que doivent développer les parents, c’est l’art de la négociation. Les premières expériences en la matière arrivent généralement quand leur enfant approche de l’âge des 2 ans. Cette période fantastique et terriblement éprouvante pour les nerfs, que les anglais appellent « The Terrible Two » !

« Mon chéri, tu vas prendre ton bain… » Vous savez ce qui vient immédiatement après cette phrase ? Bien sûr que vous le savez ! Un NON catégorique de la part d’un mini-vous, pas plus haut que trois pommes, et une discussion interminable qui aura raison de votre patience. Erreur de débutant.

Mais évidemment, vous, vous maîtrisez désormais à la perfection cette sacro-sainte technique de diversion qui consiste en une phrase « Tu veux que ce soit Papa ou Maman qui te donne le bain ce soir ? » (et ses variantes, il en existe plein). Tout comme vous savez quand lâcher du lest sur une chose pour en obtenir une autre. Vous voyez ! Vous savez négocier.

Et, petit bonus, vous savez également quand il vaut mieux stopper une négociation stérile. Combien de fois vous êtes-vous entendu(e) dire « C’est non-négociable ! » avant de tourner les talons ? Voilà.

 

11. Une imperméabilité totale (ou presque) aux tentatives de manipulation

Lorsque l’on devient parent, on a le cœur qui ramollit. C’est comme ça. Ne cherchez pas, c’est scientifique. Et pourtant, l’expérience aidant, on finit par repérer les petits chantages affectifs à base de « Sinon, je ne vais plus t’aimer. Jamais » et les tentatives de corruption sournoises qui commencent souvent par « Maman chérie de tout mon cœur ». Easy.

Ces petites manipulations du quotidien sont légion dans le monde de l’entrepreneuriat. Évidemment, votre client ne vous dira pas « Maman chérie de tout mon cœur » pour vous demander de différer le paiement d’une facture (si c’est le cas, fuyez ! Vite !). Mais vous serez parfois surpris(e) de votre faculté à détecter les petites manipulations. Croyez-moi, une fois devenu chef d’entreprise, cette capacité à résister aux procédés manipulatoires vous donnera une bonne longueur d’avance. Qui s’y frotte s’y pique !

 

12. Une autorité naturelle digne de Super-Nanny

Dans le jargon des parents, l’autorité naturelle porte un autre nom. On appelle ça « la grosse voix ». Votre autorité naturelle s’exprime lorsque vous affichez soudain un visage austère, une voix basse et posée, et un ton de voix indiscutable. Ok, on a tout piqué à super-nanny, mais ce n’est pas grave, ça marche (rien que pour ça,  Super-Nanny mériterait un film chez Marvel).

Le mode « autorité naturelle », c’est la cape de protection que vous arborerez devant votre banquier. Ou face aux doutes. S’ils essaient de se mettre en travers de votre route, vous les regarderez sans frémir, baisserez la tonalité de votre voix, poserez le ton et leur direz « not today ». Bon, pour le banquier, il vous faudra sans doute quelques arguments supplémentaires, mais gardez le ton.

 

On en arrive au moment où vous affichez la posture du super-héros qui part au combat. Debout, jambes légèrement écartées, torse bombé et regard vers le lointain. Oui, vous avez des superpouvoirs. Des compétences qui feront de vous un très bon chef d’entreprise. Alors, Osez ! Et si besoin, faites-vous accompagner par Celles qui osent 😉 Vous avez réussi à élever des enfants (ce qui est la chose la plus merveilleusement difficile au monde). Il n’y a aucune raison pour que vous ne sachiez pas faire grandir une entreprise.

Cécile Roques

 

3 thoughts on “Chefs d’entreprise : les 12 superpouvoirs qu’ils envient aux mères de famille”

  1. Whaou! Que cet article est fluide, intéressant et bien écrit. Le genre qui vous accroche même si vous n’avez pas d’enfants…hihi
    Super encourageant en tout cas!

    1. Merci Charlotte ! Cécile est une super rédactrice (et auteure), d’où le super niveau d’écriture 🙂
      Moi qui n’ai pas d’enfant, je me suis aussi sentie hyper emballée :-p

  2. Super Article, je reconnais bien là toutes ces étapes, même si je suis un homme ! Oui, les femmes ont vraiment des capacités extraordinaires, incontestablement (Il m’arrive même de vous envier)… Bravo Cécile…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-je faite pour entreprendre ?

Surveille ta boîte mail ;-)

%d blogueurs aiment cette page :