Sélectionner une page

Vous voyez ce qu’est l’entrepreneuriat ? Bon. Le web, vous connaissez. Et puis la phallocratie, eh bien… vous voyez ce que c’est qu’un phallus ? Non ? Vous avez fait un peu de grec ancien au collège ? Non plus ? OK, on va utiliser des mots simples : le phallus, c’est un sexe d’homme en érection (oui oui, on ose sur CQO ! ;-)) et “cratie” vient de “cratos” (pas “crado” hein, ça c’est autre chose), le “pouvoir”. Donc en gros, la phallocratie, c’est la domination des hommes sur les femmes (et oui, parce qu’en principe nous, on n’a pas de phallus). Vous vous demandez pourquoi on vous parle de phallocratie et de web entrepreneuriat ? Allez faire un tour sur le web, vous verrez que la gent féminine est très peu représentée… mais tout ça, ça va changer !

Web entrepreneuriat : la liberté n’est pas réservée aux hommes

J’ai découvert le métier de web entrepreneur lorsque je débutais en rédaction web. Tous mes clients étaient des hommes, leurs sites tournaient à plein régime et ils m’invitaient de temps en temps à travailler en équipe avec leurs “gars”. Point de femme à l’horizon… nulle part ! Il arrivait que j’aie affaire à des femmes de temps en temps : “tu verras ça avec ma secrétaire”, “je te mets en contact avec ma responsable éditoriale”, “vois ça avec ma comptable”. Là oui, il y avait des femmes, mais chez les donneurs d’ordre niet, walou, que tchi ! Voyant cela, j’aurais pu me dire “Lucie, ne t’engage pas dans cette voie, c’est plutôt une histoire de mecs”… eh bien vous savez quoi ? Cette idée ne m’a même pas traversé l’esprit une seconde, j’ai foncé et je ne l’ai absolument pas regretté !

Sea, Web and Sun ?

Où sont les feeeeemmmes ?

Si vous commencez à suivre les web entrepreneurs qui réussissent sur internet, vous allez vite vous rendre compte qu’ils ont quasiment tous des profils de célibataires endurcis, ou tout du moins, d’électrons libres à tous les niveaux. Vous connaissez sans doute Olivier Roland… et si c’est le cas, vous vous êtes peut-être fait cette remarque “bon, OK, il réussit super bien, mais c’est un jeune homme célibataire sans enfants qui peut voyager partout”. Ce sera le même constat avec d’autres entrepreneurs comme Théophile Eliet, Maxence Rigottier, Enzo Honoré, Stanislas Leloup, Antoine BM et bien d’autres… (je vous parle ici de ceux qui font pas mal le “buzz” car ils ont des chaînes YouTube qui cartonnent, mais il existe des milliers de web entrepreneurs discrets) quelques extra terrestres du web partagent des informations sur leur couple et leur vie de famille comme Antoine Peytavin, Michael Ferrari ou Bertrand Millet (ce dernier a même fait une chaîne YouTube sur son tour du monde en famille !). Tous ces noms me viennent immédiatement à l’esprit car j’ai passé beaucoup de temps sur YouTube avant de lancer mon blog… je voulais savoir si ces vidéos étaient vraiment crédibles et je ne voyais que très peu voire pas de femmes sur le devant de la scène. La seule qui m’avait interpellée était Margaux Klein, mais nous n’avons pas tout à fait la même vision du web entrepreneuriat, nous la laisserons donc de côté.

Les femmes entreprennent… mais ailleurs que sur le web

D’après le Ministère de la Famille, de l’Enfance et des droits des Femmes, les femmes représentent 38 % des entrepreneurs (source 2015). À ce jour, 18 % des Françaises veulent créer leur entreprise, soit quelque 5 millions d’entrepreneuses potentielles dans notre beau pays :-). On continue avec des chiffres sympatoches : 70 % des femmes considèrent l’entrepreneuriat comme un bon choix de carrière, elles pensent en effet qu’entreprendre est plus intéressant que de rester salarié.

Les freins à cet engouement ?
–> Le manque de compétence et les responsabilités familiales….

Les qualités communes aux entrepreneurs qui réussissent ?
–> Le charisme, l’empathie et le courage.

Mesdames, avez-vous du charisme, de l’empathie et du courage ? Car si c’est le cas, sachez que vous pouvez commencer à réfléchir à votre idée de business en ligne. Le web peut faire sauter les freins évoqués dans les créations d’entreprise “physique” : si vous manquez de compétences… et bien vous trouverez de nombreuses formations en e-learning pour démarrer sur le web ; si vous avez des responsabilités familiales, notez que travailler sur Internet vous offre de nombreuses possibilités puisque vous pouvez entreprendre de n’importe où et à n’importe quelle heure à partir du moment où vous avez un ordinateur et une bonne connexion ! Je vous rappelle que j’ai entrepris seule, loin de ma famille (22 000 km de la France), en allaitant, avec l’aînée qui n’avait que 3 ans et un conjoint peu encourageant voire cassant. Donc oui, c’est possible !

Bon à savoir :
Les femmes entreprennent principalement dans les domaines de la santé, les soins et le social, bref, des thématiques qu’il est difficile de développer sur le web. Ouvrons nos chakras à d’autres horizons !

Devenez web entrepreneuses !

Le web permet de créer, de partager… et d’avoir un vrai métier !
J’ai suivi la formation Blogueur Pro d’Olivier Roland et je peux vous dire que de nombreuses femmes réussissent à vivre de leurs blogs ; ce sont d’ailleurs mes “collègues de formation”. Mais le blogging n’est pas le seul moyen d’entreprendre sur le web, vous pouvez vous lancer dans une multitude de business (j’en parle dans cet article).

Il est temps d’oser et de se mettre en avant les filles ! Pour vous booster et vous inspirer, nous commencerons à publier des interviews d’entrepreneures du web dès la semaine prochaine, alors restez connectées !

Lucie CQO

Partager l'article

Suis-je faite pour entreprendre ?

La réponse en 12 minutes.

Surveille ta boîte mail ;-)